France – Les parents d’Alexia Daval veulent comprendre ce qu’il s’est passé

Les parents d’Alexia Daval, la jeune femme tuée fin octobre en Haute-Saône, dont le mari a avoué mardi le meurtre, « veulent juste comprendre » ce qu’il s’est passé sans accabler leur gendre, a expliqué mercredi leur avocat.

« Ils n’ont rien vu venir. Maintenant, ils voudraient comprendre », a déclaré Me Jean-Marc Florand, lors d’une conférence de presse à Vesoul (Haute-Saône). Les aveux de M. Daval ont été un « coup très dur à encaisser, car ils avaient une confiance absolue en Jonathann », a-t-il ajouté.

« En trois mois, ils ont perdu leur fille dans des conditions atroces et maintenant également leur gendre, qui avait toute sa place dans leur famille. C’est beaucoup pour des braves gens qui avaient une vie tranquille et cadrée », a-t-il dit.

L’enquête, menée par la Section de recherches de la gendarmerie de Besançon, épaulée par les gendarmes de Haute-Saône et du Doubs, va désormais se poursuivre pour éclaircir les zones d’ombre restant autour de la mort d’Alexia Daval, notamment le fait que son corps ait été retrouvé en partie calciné, ce que son mari affirme ne pas avoir fait.

« Il y a encore beaucoup de chemin à parcourir pour que ses déclarations (de M. Daval) correspondent à la réalité », a considéré Me Florand.

A la disparition de sa femme, Jonathann Daval était apparu sans cesse effondré, en pleurs, soutenu par ses beaux-parents qu’il a continué à voir quasiment quotidiennement depuis la mort d’Alexia.

« La comédie qu’il a jouée lui coûtera très cher dans l’esprit des jurés », a estimé l’avocat des parents, qui table sur un procès au mieux dans le courant de 2019.

Selon Me Florand, les parents d’Alexia n’avaient pas connaissance de violences au sein du couple de leur fille, qui suivait un traitement pour l’aider à tomber enceinte. L’avocat de Jonathann Daval, Me Randall Schwerdorffer, a affirmé que son client était la cible de « violences de la part de sa femme, qui en période de crise, pouvait avoir des accès de violence extrêmement importants ». « Dans ce couple, il y avait une personnalité plus effacée et Alexia plus dominante, énergique, sportive, battante », a seulement rappelé Me Florand, sans vouloir ni confirmer ni infirmer les dires de son confrère.

Les parents d’Alexia, tout comme sa soeur, « ont constaté des tensions comme dans tous les couples, mais rien de symptômatique », a affirmé M. Florand, tout en restant très prudent.

Le corps brûlé de la jeune femme avait été retrouvé le 30 octobre, dissimulé sous des branchages dans le bois d’Esmoulins, près de Gray. Selon son mari, elle était partie courir l’avant-veille et n’est jamais revenue. C’est lui qui avait alerté les gendarmes, mais aucun témoin ne l’a vue courir ce jour-là.

Mardi, au deuxième jour de sa garde à vue à Besançon, il a finalement avoué être l’auteur du meurtre de son épouse, qu’il a étranglée.

Les femmes restent les premières victimes des violences au sein des couples: 123 femmes ont été tuées par leur compagnon, ex-compagnon ou amant en France en 2016, soit une tous les trois jours.


Source AFP

Janvier 2018