La démence: une priorité pour la santé publique! Alerte l’Organisation mondiale de la santé

Avec le vieillissement de la population mondiale, le nombre de personnes atteintes de démence devrait tripler dans les 30 prochaines années, passant de 50 à 152 millions d’ici 2050, a prévenu jeudi l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

« Près de 10 millions de personnes développent la démence chaque année, dont 6 millions dans les pays à revenu faible ou intermédiaire », a déclaré le Dr. Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS.

« La souffrance qui en résulte est énorme. C’est un cri d’alarme : nous devons accorder plus d’attention à ce défi croissant et veiller à ce que toutes les personnes atteintes de démence, où qu’elles vivent, reçoivent les soins dont elles ont besoin ».

La démence est un terme générique désignant plusieurs maladies qui sont pour la plupart évolutives et qui affectent la mémoire, d’autres aptitudes cognitives et le comportement, et interférent de manière significative avec la capacité d’une personne à maintenir les activités de la vie quotidienne.

Les femmes sont plus souvent touchées que les hommes. La maladie d’Alzheimer est le type de démence le plus courant et représente 60 à 70% des cas. Les autres types courants sont la démence vasculaire et les formes mixtes.

Le coût annuel global de la démence est estimé à 818 milliards de dollars, soit plus de 1% du produit intérieur brut mondial. Ce coût total comprend les coûts médicaux directs, les soins sociaux et les soins informels. D’ici 2030, il devrait avoir plus que doublé pour atteindre 2.000 milliards de dollars, un coût qui pourrait nuire au développement social et économique et submerger les services sociaux et de santé, y compris les systèmes de soins de longue durée.

Lancement du premier système mondial de surveillance de la démence

L’Observatoire mondial de la démence, plateforme Internet lancée par l’OMS, permettra de suivre les progrès accomplis dans la fourniture de services aux personnes atteintes de démence et à ceux qui en prennent soin, tant au niveau national qu’international. Il suivra la présence de politiques et de plans nationaux, de mesures de réduction des risques et d’infrastructures pour fournir des soins et des traitements. Des informations sur les systèmes de surveillance et les données sur la charge de morbidité sont également incluses.

« Il s’agit du premier système mondial de surveillance de la démence qui comprend un éventail aussi complet de données », a déclaré le Dr. Tarun Dua, du Département de la santé mentale et de la toxicomanie de l’OMS. « Le système nous permettra non seulement de suivre les progrès, mais tout aussi important, d’identifier les domaines où les efforts futurs sont les plus nécessaires ».

Des résultats encourageants en matière de sensibilisation

À ce jour, l’OMS a recueilli des données sur la démence de 21 pays de tous les niveaux de revenu. À la fin de 2018, 50 pays devraient avoir fourni des données à l’organisation onusienne.

Les résultats initiaux recueillis par l’OMS indiquent qu’une forte proportion de pays soumettent déjà des données dans des domaines tels que la planification, la sensibilisation à la démence et la tolérance aux démences (comme la participation aux activités communautaires et la lutte contre la stigmatisation des personnes atteintes de démence) et dans la formation pour les soignants, qui sont très souvent des membres de la famille.

Parmi les pays ayant communiqué des données jusqu’à présent, 81% ont mené une campagne de sensibilisation à la démence ou de réduction des risques et 71% ont un plan pour la démence. 71% des pays participants offrent du soutien et de la formation aux aidants et 66% d’entre eux disposent d’initiatives soucieuses des personnes atteintes de la démence.

Toutes ces activités sont recommandées par l’OMS dans le plan d’action mondial sur la réponse de santé publique à la démence 2017-2025. Le plan fournit un plan détaillé d’action, dans des domaines tels que la sensibilisation à la démence et la tolérance aux troubles de la démence, la réduction du risque de démence; des diagnostics, des traitements et des soins; de la recherche et de l’innovation et un appui aux personnels soignant les personnes atteintes de démence.


Copyright – OMS

Décembre 2017