La Côte d’Ivoire investira 21 milliards de FCFA dans la lutte contre le VIH-SIDA de 2018 à 2020

La Côte d’Ivoire va investir 21 milliards de F CFA de 2018 à 2020 pour réduire le taux d’infection de 2,6 à 1 % a annoncé le président Ouattara à l’ouverture de la 19e Conférence Internationale sur le Sida et les Infections sexuellement transmissibles en Afrique (ICASA).

Dans son discours, le président ivoirien a indiqué que VIH/Sida est une problématique d’actualité en raison de son impact social négatif. Il a présenté les efforts consentis par la Côte d’Ivoire pour endiguer la pandémie.

« La contribution de la Côte d’Ivoire de 2013 à 2017 a été de 32 milliards de F CFA. Notre pays a été l’un des premiers en Afrique à s’être courageusement et résolument engagé contre le Sida.

Dès 1987 par le développement d’une politique nationale de traitement des maladies opportunistes tuberculose, zona, hépatite. Et cette même année, la Côte d’Ivoire était l’un des quatre pays dans le monde à développer l’initiative ONUSIDA visant à améliorer l’accès aux médicaments par les personnes infectées.

Au niveau institutionnel, un ministère spécifiquement dédié à la lutte contre le Sida a été mis en place en 2000. Et lorsque j’ai pris la gestion de mon pays en 2011, j’ai immédiatement regroupé la santé et la lutte contre le Sida dans un seul et même ministère pour montrer ainsi mon engagement des questions relatives au Sida dans le système global de santé. Car les ramifications sont là et les scientifiques l’ont démontrées. J’ai présidé chaque année, les conseils nationaux de lutte contre le Sida ». à déclaré le président Ouattara, sans manquer de saluer les partenaires techniques et financiers qui accompagne la Côte d’Ivoire dans la lutte contre le VIH/Sida que sont notamment le PEPFAR, l’USAID, l’UNICEF, l’UNFPA, L’OMS, la Banque mondiale.

« La complaisance est notre plus grand ennemi (…) nous devons agir différemment pour protéger la jeune génération », a exhorté pour sa part Monsieur Michel Sidibé, Directeur exécutif de l’ONUSIDA. Il a ajouté que ce sont 14 millions de personnes qui sont sous traitement en Afrique.

Pour la ministre ivoirienne de la Santé et vice-présidente d’ICASA Raymonde Goudou-Coffie la lutte contre le Sida demande un effort concerté de toutes les couches de la population. Soulignant que «la santé est un droit et l’élimination du VIH/Sida est un devoir ».

L’ICASA 2017 est une occasion pour la Communauté internationale et tous les Africains, de conjuguer leurs efforts dans l’aboutissement d’une Afrique sans Sida.

Considérant l’urgence de la question, entre 7 000 à 10 000 éminents scientifiques, décideurs politiques, militants, personnes vivant avec le VIH, leaders de Gouvernement ainsi qu’un nombre de Chefs d’Etat et de Représentants de la Société Civile sont attendus à Abidjan.


Source AIP avec AFP

Décembre 2017