Allemagne – Un routier roumain avoue le meurtre d’une autre joggeuse à son procès

Un chauffeur routier roumain de 40 ans, déjà soupçonné du meurtre et du viol d’une étudiante française en 2014 en Autriche, a reconnu mercredi à l’ouverture de son procès en Allemagne le meurtre d’une joggeuse, tuée en novembre 2016.

L’accusé, un père de famille présenté comme Catalin C., a avoué devant le tribunal de Fribourg (sud-ouest) avoir mortellement frappé une jeune joggeuse allemande de 27 ans avec « une bouteille de schnaps », sans reconnaître l’avoir violée.

« Je sais que ce que j’ai fait est impardonnable. Il y avait de l’agression en moi, mais aucune motivation sexuelle », a-t-il indiqué dans une lettre lue par son avocat à l’audience.

« Choqué » par son propre geste qu’il est incapable d’expliquer, il a indiqué qu’il était « saoul » et « dépressif » au moment des faits.

Selon l’accusation, le chauffeur-routier est accusé d’avoir agressé et violé en novembre 2016 Carolin Gruber alors qu’elle faisait son jogging dans un bois dans la région de Fribourg, près de la frontière avec la France.

Selon les éléments de l’enquête, la victime a été frappée à plusieurs reprises à la tête avec une barre de fer après avoir été violée. Son corps avait été découvert quelques jours après sa disparition.

Domicilié dans la région de Fribourg, le routier avait été interpellé en juin.

Catalin C. est également soupçonné d’avoir violé et tué en janvier 2014 en Autriche Lucile Klobut, une jeune étudiante Française de 20 ans originaire de la région lyonnaise.

Elle avait été retrouvée morte le 12 janvier 2014 au matin sur les bords de la rivière Inn à Kufstein, au Tyrol autrichien, victime de plusieurs violents coups à la tête.

La police et le parquet autrichiens avaient annoncé en janvier que les deux meurtres étaient liés par un mode opératoire identique et par les mêmes traces d’ADN relevées sur les lieux de ces deux crimes, pourtant commis à environ 400 km de distance.

Catalin C. ne pourra être déféré devant la justice autrichienne qu’une fois le verdict rendu par le tribunal de Fribourg, probablement fin décembre, a indiqué un porte-parole de la juridiction à l’agence de presse allemande DPA.


Copyright – AFP

Novembre 2017