Caitlan Boyle dénonce les violences infligées par les Talibans au cours de sa captivité

L’ancienne otage américaine des talibans Caitlan Boyle a raconté avoir été violée en captivité devant ses enfants lors de sa première interview télévisée, à la chaîne américaine ABC.

Kidnappés dans une région reculée d’Afghanistan en 2012, Caitlan Coleman, son nom de jeune fille, et Joshua Boyle, ont été détenus durant cinq ans avant d’être libérés, mi-octobre, par l’armée pakistanaise sur la base d’informations américaines.

Lors de l’entretien mis en ligne lundi, elle raconte avoir été violée, devant ses enfants, par deux de ses geôliers, qui n’ont pas voulu lui rendre ses vêtements après l’agression.

Le viol aurait été perpétré, selon la jeune femme, en réponse à la tentative de Caitlan Boyle de signaler à leurs supérieurs qu’ils l’avaient précédemment forcée à avorter.

« L’un des gardes m’a jeté par terre et m’a frappé en criant: je vais te tuer, je vais te tuer », a-t-elle décrit. « Et c’est là qu’a eu lieu l’agression. Ils étaient deux et il y en avait un troisième devant la porte. »

Mi-octobre, le porte-parole des talibans a assuré que ces accusations de viol et d’avortement forcé étaient « sans fondement », évoquant une « fausse couche ».

Le lendemain du viol, la coalition internationale a frappé la vallée dans laquelle se cachaient ses geôliers, a-t-elle expliqué. « Mon mari et moi avons ri en espérant que ces fils de « P… » allaient mourir le jour même. »

Caitlan Boyle avait déjà fait état de ce viol et de cet avortement forcé dans un entretien au quotidien « Toronto Star », publié le 23 octobre. A cette occasion, elle avait refusé de dire si elle s’était ou non convertie à l’islam. Elle porte le voile pour l’interview filmée par ABC.

Joshua Boyle a également expliqué que les talibans avait brisé un os du visage de Caitlan en la frappant.
Les talibans s’en sont également pris à Joshua Boyle, le frappant à plusieurs reprises, notamment parce qu’il avait refusé de rejoindre leurs rangs, comme ils le lui avaient proposé, a-t-il affirmé lors de l’interview à ABC.

Selon l’ancienne otage, l’aîné des enfants du couple, Najaeshi Jonah, aurait également été battu en plusieurs occasions, certains des geôliers ne supportant pas les enfants.

Caitlan Boyle a dit espérer que ses enfants n’auraient « plus à connaître la peur au cours de leur vie, qu’ils pourront se remettre de cela ». « J’espère qu’ils trouveront assez de joie et de bonheur pour compenser. »


Source AFP avec ABC

Novembre 2017