WISE 2017 – Les leaders du monde pour une action en faveur des jeunes réfugiés et déplacés

Doha, Qatar – Les participants au Sommet mondial de l’innovation pour l’éducation (WISE) ont lancé, jeudi à Doha, un appel en vue d’aider les jeunes réfugiés et déplacés internes, en présence de Son Altesse Sheikha Moza bin Nasser, présidente de la Fondation Education Above All, selon un communiqué transmis à la PANA.

Avec plus de 260 millions d’enfants et d’adolescents qui ne sont pas scolarisés de nos jours et seulement 1% des jeunes réfugiés qui ont accès à l’enseignement supérieur, le monde n’atteindra pas les objectifs de développement durable si ces jeunes n’ont pas accès à une éducation de qualité.

Dans son discours d’ouverture, le président du Ghana, Nana Addo Dakwa Akufo-Addo, par ailleurs co-Président de SDG Advocates a déclaré : « Le spectre de dizaines de millions de jeunes réfugiés qui grandissent sans les compétences nécessaires pour se créer une vie décente est dangereux. Qu’attendons-nous d’eux? A quelles opportunités ont-ils accès ? Quel est leur degré de compétitivité dans cette économie mondiale ? »

Le président Akufo-Addo a estimé que ces questions méritaient une réponse concertée et préparée des dirigeants du monde.

« De mon point de vue », a-t-il déclaré, « l’éducation, l’éducation et encore l’éducation est le seul moyen par lequel nous pouvons créer un sentiment de cohésion et de solidarité entre les personnes déplacées, en particulier celles en âge d’être scolarisées et aider à créer pour elles un environnement favorable, qui va les pousser à mener une vie plus intéressante et digne ».

Le Commissaire européen pour l’aide humanitaire et la gestion des crises, Christos Stylianides, a déclaré : « Des dizaines de millions d’enfants sont privés d’une éducation. Nous ne pouvons nous permettre de perdre des générations. Aucun enfant ne doit être laissé sur le bord de la route. Nous sommes moralement tenus de faire plus. C’est la raison pour laquelle, je vais consacrer en 2018, 8% du budget humanitaire à l’éducation dans les situations d’urgence ».

Selon le communiqué, la Fondation EAA a signé plusieurs nouveaux partenariats à l’occasion du sommet dans le cadre de son engagement à résoudre la crise mondiale de l’éducation et de son objectif de permettre à 10 millions d’enfants déscolarisés d’accéder à nouveau à l’éducation.

Créée en 2012 pour permettre le développement par une éducation inclusive de qualité, la Fondation s’est déjà engagée à fournir des opportunités d’éducation à 7,3 millions d’enfants dans le monde entier.

Ces nouveaux partenariats vont permettre d’accorder à plus de 3.000 réfugiés syriens et palestiniens vivant en Turquie des bourses universitaires complètes, comprenant les frais de scolarité, de logement, une assurance santé et une allocation mensuelle en partenariat avec SPARK et le Conseil de l’enseignement supérieur turc.

Ils vont également aider 30 enseignants débutants palestiniens de Gaza à poursuivre des études au Royaume-Uni, en partenariat avec le British Council.

EAA est une fondation internationale pour l’éducation créée en 2012 par Son Altesse Sheikha Moza bin Nasser.

Cette fondation envisage de redonner espoir et de véritables opportunités aux vies des enfants, des jeunes et des femmes pauvres et marginalisés, en particulier dans les pays en développement et dans les circonstances difficiles comme les situations de conflit et de catastrophes naturelles.

Elle est convaincue que l’éducation est le seul moyen le plus efficace de réduire la pauvreté, créer la croissance économique, ainsi que des sociétés pacifiques et justes, tout en étant un droit fondamental pour tous les enfants et une condition essentielle pour atteindre les objectifs de développement durable (ODD).


Source PANAPRESS

Novembre 2017