La chanteuse de pop égyptienne Sherine, bannie et face à la justice pour « offense au Nil »

La chanteuse de pop égyptienne Sherine Abdel Wahab a été renvoyée devant la justice de son pays pour avoir insinué lors d’un concert à l’étranger que boire l’eau du Nil pouvait être dangereux pour la santé, ont indiqué mercredi des sources judiciaires.

La chanteuse Sherine Abdel Wahab a été interdite de se produire dans le pays, par le syndicat des musiciens égyptiens. Il lui est reproché d’avoir déclaré que boire l’eau du Nil pourrait rendre malade.

La chanteuse, connue sous le nom de « Sherine », a fait cette remarque lors d’un concert après qu’un fan lui a demandé une chanson intitulée: « Avez-vous déjà bu l’eau du Nil? ». Elle avait répondu dans un ton de plaisanterie que si elle le faisait, elle pourrait attraper la bilharziose et qu’il était préférable de boire de l’eau minérale.

Un commentaire qui a généré un tollé général

Des utilisateurs des réseaux sociaux ont partagé une vidéo de ce concert sur laquelle on voit un fan demander à la star de chanter « Avez-vous bu l’eau du Nil? », l’un de ses succès.

« Tu attraperais la bilharziose », a-t-elle répondu, en référence à une maladie provoquée par des vers parasites présents dans certaines eaux douces et contre laquelle les autorités égyptiennes se battent depuis des années. « Bois de l’Evian, c’est mieux! « , a-t-elle plaisanté.

La Diva à succès est accusée d’avoir « nui à l’intérêt général » et la date de son procès a été fixée au 23 décembre, selon ces mêmes sources. Ses commentaires, a dit le syndicat des musiciens dans un communiqué, ont tourné en dérision, « de façon injustifiée notre chère Egypte ».

Le syndicat des musiciens a annoncé mardi qu’il l’interdirait de se produire sur scène en Egypte après un concert donné aux Emirats arabes unis.

Un Mea culpa qui ne semble pas être entendu

Sherine s’est excusée depuis l’incident, sans pour autant faire retomber la polémique. Cette semaine, Sherine Abdel Wahab a écrit sur son compte Facebook que le concert avait eu lieu il y a plus d’un an.  « Je ne me souviens pas avoir dit ça parce que, bien sûr, je ne le pensais pas et cela ne reflète pas mes sentiments envers mon pays bien aimé (…) je m’excuse du fond cœur, c’était une mauvaise blague que je ne referais pas si je pouvais revenir en arrière », a-t-elle dit.

Certains ont accusé la chanteuse d’être antipatriotique et de se moquer de son pays. D’autres sont montés au créneau pour prendre sa défense.

La chanteuse charismatique était régulièrement en tête du hit-parade égyptien avant d’annoncer l’année dernière qu’elle mettait fin à sa carrière. Elle est depuis revenue sur sa décision. Elle a été l’un des juges pour le célèbre télécrochet The Voice en Arabe.

Cette affaire intervient à un moment où l’Egypte s’inquiète du projet de construction par l’Ethiopie d’un immense barrage hydro-électrique sur le Nil bleu.

L’Egypte, qui tire du Nil environ 90% de son eau et craint que ce barrage n’en affecte le débit, insiste sur ses « droits historiques » sur le fleuve, garantis par des traités datant de 1929 et 1959. Ceux-ci accordent près de 87% du débit du fleuve à l’Egypte et au Soudan.

Le Nil bleu, qui prend sa source en Ethiopie, rejoint le Nil blanc à Khartoum pour former le Nil qui traverse le Soudan et l’Egypte avant de se jeter dans la Méditerranée.


Source AFP

Novembre 2017