Portugal – Un tribunal justifie la violence d’un homme envers son épouse infidèle

Les juges ont accordé des circonstances atténuantes à l’accusé qui a été condamné à de la prison avec sursis contrairement aux réclamations du ministère public.

Le Conseil supérieur de la magistrature portugais a annoncé, jeudi 26 octobre, l’ouverture d’une enquête sur un verdict du tribunal de Porto justifiant la violence d’un homme envers son épouse par l’infidélité de cette dernière. Les juges ont, en effet, accordé des circonstances atténuantes à l’accusé, qui a été condamné à 15 mois de prison avec sursis et à une amende de 1 750 euros, alors que le ministère public réclamait une peine de trois ans et six mois ferme.

« L’adultère commis par une femme est une conduite que la société condamne et condamne fortement », peut-on lire dans cette décision. Les juges expliquent « comprendre la violence de l’homme, victime de cette trahison après avoir été vexé et humilié par sa femme ». Le tribunal cite aussi la Bible, selon laquelle « la femme adultère devait être punie par la peine de mort », évoque également la lapidation de femmes infidèles dans certaines sociétés.et une loi portugaise de 1876 prévoyant des peines légères à l’encontre d’un homme qui tuait sa femme coupable d’adultère.

Les faits

En 2015, une Portugaise engagée dans une relation extra-conjugale décide d’y mettre un terme au bout de deux mois. Mais son amant n’accepte pas sa décision, il la harcèle et menace de tout révéler à son époux. Ce qu’il finit par faire. Le couple divorce alors, mais les deux hommes n’en restent pas là. En juin 2015, ils font équipe, enlèvent la femme, la séquestrent et la battent, son ancien amant la maintenant au sol pendant que son mari la frappe avec un bâton clouté.

La victime dépose plainte et les deux agresseurs sont jugés. L’ex-mari est condamné à 15 mois de prison avec sursis et à 1500 euros d’amende. Le parquet, jugeant la peine trop légère décide de faire appel, et réclame une peine ferme de 3 ans et demi. Mais le 11 octobre dernier, les deux juges de la cour d’appel de Porto ont décidé de maintenir la première décision du tribunal.

Une décision qui légitime les violences conjugales

Ce jugement, rendu public lundi, a suscité une vive émotion au Portugal. «Nous sommes perplexes et révoltées», affirme l’UMAR (Union de Femmes Alternative et Réponse), qui, à l’instar, d’autres mouvements féministes «condamne» le verdict. «Cette décision légitime tout simplement la violence conjugale contre les femmes», a fait valoir l’UMAR dans un communiqué ajoutant qu’évoquer la Bible au cours d’un jugement constitue une atteinte «à l’Etat de droit dans lequel nous vivons». Une pétition lancée sur les réseaux sociaux pour protester contre cette décision a recueilli, ce jeudi, plus de 15.000 signatures de personnes s’estimant «choquées», tandis qu’un appel à manifester était lancé pour vendredi.

Sur son site portugais, Amnesty International a déclaré que la mention de la Bible dans la décision «viole le principe de séparation de l’église et de l’État». «Amnesty International Portugal défend l’absence de considérations religieuses comme motifs juridiques au nom du respect du principe de la laïcité.»

Invité à réagir, le président portugais Marcelo Rebelo de Sousa, un conservateur, s’est contenté de rappeler qu’en tant que chef de l’Etat il se devait «de faire respecter la constitution (…) de 1976».

Le Conseil supérieur de la magistrature (CSM) portugais qui avait dans un premier temps fait valoir l’indépendance des tribunaux et avait exclu d’intervenir malgré la levée de boucliers dans le pays, a finalement annoncé jeudi l’ouverture d’une enquête.


Revue de presse

Octobre 2017