Espagne – Le parlement catalan déclare l’indépendance de la Catalogne

Le parlement catalan a adopté ce vendredi une résolution déclarant que la Catalogne devient un « État indépendant prenant la forme d’une République », avant d’entonner l’hymne indépendantiste, en l’absence de l’opposition.


Dans ses attendus la résolution demande à l’exécutif catalan de négocier sa reconnaissance à l’étranger, alors qu’aucun État n’a manifesté son soutien aux indépendantistes.Plusieurs dizaines de milliers de manifestants indépendantistes, massés à l’extérieur du parc abritant le parlement catalan à Barcelone, ont salué par des clameurs de joie l’annonce de la proclamation d’une République catalane vendredi après-midi, a constaté l’AFP.

Des hourras, des applaudissements et le cri « indépendance » en catalan sont montés de la foule des électeurs indépendantistes – de l’extrême gauche au centre droit – qui ont ensuite entonné avec ferveur l’hymne de la Catalogne, la plupart le poing levé.

« L’État de droit restaurera la légalité en Catalogne », a tweeté le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy immédiatement après le vote.

Le dirigeant conservateur a demandé à tous les Espagnols de « garder leur calme », dans un message signé de ses initiales, tandis que le Sénat débattait de la mise sous tutelle de la Catalogne et de la destitution de ses dirigeants indépendantistes.

À Madrid, le Sénat espagnol s’apprêtait ce vendredi à autoriser la mise sous tutelle de la Catalogne, une mesure sans précédent en 40 ans de démocratie.

Le chef du gouvernement conservateur Mariano Rajoy a sollicité en début de matinée l’autorisation d’avoir recours à l’article 155 de la Constitution de 1978, jamais utilisé jusqu’à présent, qui permet à l’État de prendre le contrôle d’une communauté autonome « si elle ne respecte pas les obligations imposées par la Constitution ou d’autres lois ».

Après son intervention, il a été applaudi pendant plusieurs minutes par la majorité des sénateurs. Au Sénat, M. Rajoy a demandé la destitution de Carles Puigdemont et de son gouvernement, et la mise sous tutelle du parlement catalan.

Parmi les mesures drastiques envisagées, figure aussi la mise sous tutelle des médias publics et de la police de Catalogne, pendant une période pouvant durer six mois, avant des élections régionales en 2018.

M. Rajoy a fait valoir que « la stabilité » de l’Espagne était en jeu et qu’il s’agissait de « mesures exceptionnelles pour corriger une situation exceptionnelle ».

Il a assuré qu’il s’agissait d’intervenir non pas « contre la Catalogne mais pour empêcher qu’on abuse de la Catalogne », en décrivant les dirigeants indépendantistes comme « une minorité qui de façon intolérante […] prétend faire passer tous les Catalans sous le joug de sa doctrine » et embarquée dans « un voyage impossible vers une Ithaque qui n’existe pas ».


Source AFP

Octobre 2017