Turquie – Liberté conditionnelle pour 8 militants des droits de l’homme, dont Idil Eser

Un tribunal d’Istanbul a ordonné mercredi soir la remise en liberté conditionnelle de huit militants des droits de l’homme, dont Idil Eser, directrice d’Amnesty International en Turquie, ainsi qu’un Allemand et un Suédois, dans un procès pour « terrorisme » qui inquiète la communauté internationale.

Le tribunal a en revanche demandé le maintien en détention de Taner Kiliç, président d’Amnesty International en Turquie, selon une journaliste de l’AFP sur place. Onze personnes, dont deux comparaissaient libres, sont poursuivies pour activités « terroristes ».

M. Kiliç est accusé d' »appartenance à une organisation terroriste armée » et les autres d' »aide à une organisation terroriste armée ». Ils risquent jusqu’à 15 ans de prison.

Les 8 militants devaient être libérés dans la nuit.

« Aujourd’hui, enfin, nous célébrons le fait que nos amis et collègues pourront rejoindre leurs proches et dormir dans leurs propres lits », a déclaré dans un communiqué le secrétaire général d’Amnesty Salil Shetty, selon lequel cette joie « est entachée par le maintien en détention de (M. Kiliç) ».

Celui-ci reste sous le coup d’une autre enquête pour « appartenance à une organisation terroriste armée », dont la première audience doit se tenir jeudi à Izmir (ouest).

Aucune mesure d’interdiction de quitter le territoire n’a été imposée à Peter Steudtner, le ressortissant allemand, et à Ali Gharavi, le ressortissant suédois, selon un des avocats de la défense.


Source AFP

Octobre 2017