Pays-Bas – Les autorités accusent Windows 10 de violer la loi sur les données personnelles

Les autorités néerlandaises ont affirmé que le système d’exploitation Windows 10 violait les lois sur la protection des données personnelles et prévenu le géant américain de l’informatique Microsoft qu’elles pourraient lui imposer des amendes.

« Microsoft enfreint la loi néerlandaise sur la protection des données en traitant les données personnelles des personnes qui utilisent le système d’exploitation Windows 10 sur leur ordinateur », a déclaré vendredi soir dans un communiqué l’Autorité néerlandaise pour la protection des données (DPA).

Microsoft n’informe pas non plus « clairement les utilisateurs sur le type de données » qui sont traitées et « à quelle fin ». En outre, le système ne fournit pas aux utilisateurs un outil valable pour « donner leur consentement au traitement de leurs données personnelles », regrette l’Autorité.

L’Autorité indique avoir examiné plusieurs versions de Windows 10, qui ont été installées sur quatre millions d’ordinateurs aux Pays-Bas depuis son lancement en juillet 2015. Microsoft peut retracer « systématiquement » les contenus de navigation des utilisateurs grâce aux configurations par défaut, relève l’Autorité.

La firme peut par exemple récolter des données via des applications comme « un journal turc, un magazine s’adressant aux homosexuels, ou une application qui annonce les heures de la prière pour les musulmans », selon l’Autorité. Ce qui permet à Microsoft d’adresser à l’utilisateur des publicités et des conseils personnalisés.
« Microsoft a assuré qu’il mettrait fin à toutes les violations.

Ce n’est pas le cas, et la DPA néerlandaise peut décider de lui imposer une sanction », a averti l’Autorité.

Microsoft a répondu dans un communiqué que le rapport néerlandais ne « reflétait pas avec exactitude » la manière dont Windows 10 gère les données personnelles.

La société « continuera de coopérer avec la DPA afin de trouver des solutions appropriées », a déclaré une responsable de Microsoft, Marisa Rogers.


Source- AFP

Octobre 2017