Pologne – Des milliers de femmes ont manifesté pour défendre les droits reproductifs

Varsovie, Pologne -Des milliers de femmes ont manifesté de nouveau mardi en Pologne contre la limitation de l’accès à « la pilule du lendemain » par le gouvernement conservateur nationaliste, et une proposition de loi visant à limiter davantage le droit à l’avortement en Pologne, déjà parmi les plus restrictifs d’Europe.

Les manifestations pour la défense des droits reproductifs des femmes se sont déroulées dans plusieurs villes un an jour pour jour après une mobilisation de dizaines de milliers de femmes dans toute la Pologne qui avaient empêché les conservateurs de Droit et Justice d’interdire complètement l’avortement.

« Nous sommes davantage conscientes de ce qui nous menace, nous les femmes polonaises, de la part du gouvernement, de divers milieux et d’idéologies d’extrême droite qui ont tous un problème évident avec les femmes qui veulent décider de leur vie, de leur corps et de leur santé », a déclaré à l’AFP Zofia Marciniak, de l’initiative citoyenne « Grève générale des Femmes ».

Après l’échec de leur tentative, il y un an, les organisations pro-life ont préparé une nouvelle proposition de la loi limitant davantage l’accès à l’IVG mais qui n’est encore débattue par le Parlement.
L’avortement n’est autorisé en Pologne qu’en cas de viol, d’inceste, de danger pour la vie de la mère ou de malformation irréversible du foetus.

Les manifestants ont également protesté contre une loi, votée fin mai par les conservateurs de Droit et Justice (PiS), limitant l’accès à « la pilule du lendemain », et qui est désormais accessible uniquement sur prescription médicale, ainsi que contre l’arrêt du programme national du financement de la fécondation in vitro.

Lors de la manifestation, les organisatrices ont collecté des signatures en faveur de leur projet « Sauvons les femmes 2017 » destiné à libéraliser, entre autres, l’accès à l’avortement, à la contraception et à la pilule du lendemain et introduire l’éducation sexuelle dans les écoles. Une proposition de loi en ce sens avait été rejetée par le Parlement l’an dernier.

« Les chances (que les choses s’améliorent, ndlr) sont minces mais cela ne veut pas dire qu’on doit arrêter de manifester », a déclaré à l’AFP Julie Walecka, une des manifestantes. Des manifestations moins importantes ont lieu entre autres à Gdansk (nord), Szczecin (nord-ouest), Lodz (centre), Katowice (sud-ouest).


Source AFP

Octobre