France – Les parents de la petite Maëlys disparue depuis plus d’un mois en appellent au suspect

Les parents de Maëlys, fillette de neuf ans disparue depuis plus d’un mois dans l’est de la France, ont demandé jeudi à l’homme de 34 ans soupçonné de l’avoir enlevée de « révéler ce qu’il sait ».

Les parents, qui s’exprimaient publiquement pour la première fois depuis le début de l’affaire, tenaient à lancer « un appel à la vérité », selon leur avocat Fabien Rajon.

« Nous appelons toute personne susceptible d’aider les enquêteurs à se manifester rapidement », a déclaré Jennifer, la mère de Maëlys, qui s’exprimait au côté de son compagnon Joachim au cours d’une conférence de presse.

« Aujourd’hui, un individu est suspecté, mis en examen (inculpé, ndlr) par des juges qui ont donné des indices graves et concordants à son encontre (…) Nous lui demandons de dire tout ce qui s’est passé cette nuit-là et de coopérer avec la justice », a-t-elle ajouté.

« Nous ne disons pas que nous cherchons un coupable à tout prix et sans preuve valable (…) Toutefois, au vu des dernières révélations du dossier et aussi de son attitude étrange lors du mariage, qui nous a interpellés, nous lui demandons de révéler ce qu’il sait », a poursuivi la mère, très émue. « Nous espérons qu’il entendra notre appel à l’aide car notre souhait est de retrouver notre fille. »

Le suspect a été inculpé et écroué le 3 septembre, une semaine après la disparition de la fillette qui reste introuvable malgré les vastes recherches qui ont été mises en oeuvre. Les parents ont confirmé que ni eux, ni Maëlys ne connaissaient le suspect et qu’ils n’ont eu « aucune altercation avec lui » lors du mariage durant lequel l’enfant a disparu dans la nuit du 26 au 27 août.

L’homme de 34 ans vit avec ses parents dans les Alpes françaises, à quelques kilomètres de Pont-de-Beauvoisin, où la fillette de 9 ans a disparu alors qu’elle participait à une fête de mariage avec ses parents.

Le suspect, arrivé sur le tard au mariage, s’était absenté durant la fête, à un moment pouvant correspondre à celui de la disparition de la fillette de 9 ans. Cet ancien militaire maître-chien reconnaît avoir été en contact avec l’enfant mais nie avoir été « acteur ou complice » de sa disparition.

Une trace ADN de Maëlys, mélangée au sien, a été retrouvée sur une commande du tableau de bord de son véhicule.


Copyright – AFP

Septembre 2017