Le célèbre « Journal » d’Anne Frank adapté pour la première fois en bande dessinée

Le célèbre « Journal » d’Anne Frank va être pour la première fois adapté en bande dessinée, en accord avec le Fonds Anne Frank de Bâle, dans une cinquantaine de pays,annonce son éditeur français Calmann-Levy.

Le Journal d’Anne Frank est le récit de la vie d’une adolescente juive d’origine allemande née en 1929, réfugiée avec ses parents à Amsterdam. consigné par l’auteure (Anne Frank). La jeune Anne Frank, est morte du typhus en février 1945, à l’âge de 15 ans en déportation, au camp de  Bergen-Belsen.

Le Journal d’Anne Frank qui a été édité en 1947 et en 1950 en France, a fait de la jeune Anne Frank la plus célèbre jeune victime de l’Holocauste. Et depuis, son journal est l’un des textes les plus vendus dans le monde.

La version « roman graphique » qui sortira en version francophone le 4 octobre est l’oeuvre du scénariste israélien Ari Folman et du dessinateur également israélien David Polonsky qui avaient déjà collaboré pour le film d’animation « Valse avec Bachir » (César du meilleur film étranger en 2009).

« Lorsque le Fonds Anne Frank nous a proposé d’adapter le Journal en BD, notre réponse a été : « évidemment non! », ont assuré les deux auteurs lors d’une récente rencontre à Paris organisée par Calmann-Levy.

Mais, a ajouté Ari Folman, « je crains que nous arrivions à une époque où il n’y aura plus de survivants de l’Holocauste sur la planète, plus aucun témoin vivant pour raconter cette histoire ».

Il est nécessaire de toucher une nouvelle génération de lecteurs, a-t-il dit.

Le roman graphique ne reprend pas la totalité du Journal, car cela nous aurait obligés à concevoir plus de 3.500 pages », a expliqué Ari Folman. Toutefois, on trouve intégralement plusieurs lettres adressées par Anne Frank à son amie imaginaire Kitty.

D’autres passages qui ne font que quelques lignes dans le Journal ont au contraire été amplifiés, comme celui, assez drôle, de la maestria de Monsieur  Van Daan pour fabriquer des saucisses…

« Nous avons tenté de préserver le sens de l’humour mordant d’Anne, ses sarcasmes et son obsession pour la nourriture », a indiqué Ari Folman.

Les périodes de dépression et de désespoir que traverse la jeune fille sont traitées le plus souvent sous forme de scènes fantastiques ou oniriques.

Dans l’ensemble, le roman graphique de 160 pages demeure extrêmement fidèle au texte original.


Copyright – AFP

Septembre 2017