France – Gabriel Loison, Gourou et fondateur de Secte devant la justice pour viol sur mineures

France – Gabriel Loison, fondateur de « L’Université de la nature et de l’écologie de la relation », comparaît depuis mardi devant la cour d’assises d’appel d’Ille-et-Vilaine à huis clos, après avoir été condamné en 2014 à Nantes à dix ans de réclusion, notamment pour viols d’une jeune fille de 13 ans.

Gabriel Loison, 77 ans, cheveux blancs mi-longs et barbiche, veste grise et chemise bleu ciel, un homme charismatique à la vois éraillée, est arrivé décontracté et libre mardi matin, après avoir été remis en liberté sous contrôle judiciaire en décembre 2016.

Les chefs retenus lors de sa condamnation en janvier 2014 devant la cour d’assises de Loire-atlantique étaient principalement des faits de viols, agressions sexuelles ou encore corruption de mineure sur une jeune fille de 13 ans, aujourd’hui âgée de 20 ans, victime du gourou alors qu’elle accompagnait ses parents, membres de l' »Université ».

Il a aussi été condamné pour des faits de viols, agressions sexuelles et abus de faiblesse sur une victime majeure de 28 ans au moment des faits.

Il comparaît aujourd’hui pour les mêmes faits devant la cour d’assises d’appel de Rennes, une nouvelle fois aux côtés de son ex-compagne Julie Baschet, 43 ans, qui a également porté plainte contre lui dans une affaire disjointe.

A l’audience de ce mardi matin, avant que le huis clos ne soit prononcé, cette dernière est apparue mal à l’aise, prostrée, dans le box des accusés. Elle est poursuivie pour complicité de la plupart des faits reprochés au gourou. En première instance, le jury l’avait acquittée, estimant qu’elle était « sous l’emprise totale » de Gabriel Loison pour les faits qui lui étaient reprochés.

Leur procès devant la cour d’assises d’appel de Rennes doit durer jusqu’au 29 septembre.

‘Maîtres de santé’

Fondateur d’une association créée en 1996 et qui comptait 200 adeptes environ, Gabriel Loison est l’ancien gourou des « Jardins de la vie », répertorié comme secte par la commission parlementaire sur les sectes en 1995.

Dans les années 1980, il avait échappé plusieurs fois à la justice, obtenant des non-lieux pour une accusation de viol en 1984 ou encore pour homicides involontaires sur deux personnes après leur décès lors de stages qu’il avait organisés en 1988 et 1989.

Il se présentait aux membres de son groupe comme un anthropologue, sociologue et psychologue, un être élu selon le calendrier Maya, et affirmait être en contact avec des créatures extra-terrestres.

Son « Université » était présentée comme un collectif de recherche qui formait des « Maîtres de santé » via différentes stages, et recrutait ses membres lors de conférences organisées en France.

Outre des sessions régulières à son domicile de Saint-Brévin-les-Pins (Loire-Atlantique), une première sessions-test de 21 jours (1.600 euros par personne, hors transport) avait lieu au Maroc. « L’initiation personnelle » se poursuivait avec trois semaines au Costa Rica, ou en Espagne où M. Loison avait une maison (10.000 euros hors transport). Puis venait un stage au Costa Rica de 72 jours (2.300 euros hors transport) avec tantrisme et relations sexuelles de groupe.

Lors de ces stages, il affirmait aux membres féminins de son groupe déceler chez elles des blocages, et prescrivait comme remèdes des relations sexuelles de diverses natures avec lui.

Selon l’enquête, il présentait son groupe comme des élus appelés à sauver le monde et exigeait une allégeance inconditionnelle interdisant tout retour à une vie sociale normale.

Après la plainte du grand-père de la victime mineure en décembre 2010, qui a été liée à celle de la victime majeure, le gourou et son ex-compagne avaient été interpellés en Espagne le 26 mars 2011, au retour d’un séjour au Costa Rica, puis remis aux autorités françaises.

Gabriel Loison est actuellement visé par une autre procédure disjointe à Nantes dans laquelle il a été mis en examen pour viols, agressions sexuelles et abus de confiance sur quatre victimes majeures, dont son ex-compagne, Julie Baschet.


Copyright – AFP

Septembre 2017