France – L’arnaque s’invite dans la tragique disparition de Maëlys de Araujo âgée de 9 ans

France – Alors que la mobilisation a été importante pour aider à retrouver la petite Maëlys âgée de 9 ans, un escroc a tenté de se faire passer pour sa mère sur Internet afin d’obtenir de l’argent. L’arnaque a été mise au jour vendredi par une personne qui a reçu le message.

Trois semaines après la disparition de la petite Maëlys, l’enquête se poursuit et l’élan de solidarité reste important. Mais certains ont décidé de profiter de la tragédie pour extorquer de l’argent à des soutiens de la famille.

Un message envoyés via les réseaux sociaux, révélé par un de ses destinataires au Dauphiné libéré, a circulé pendant quelques jours. Son auteur se fait -maladroitement- passer pour la mère de Maëlys.

Une certaine Yveline Moeau remercie le destinataire pour son soutien et rapidement sollicite « une aide financière », afin « d’élargir la recherche dans tout la France ». Si le nom utilisé n’est même pas le bon (la famille de Maelys se nomme de Araujo), l’escroquerie demeure réelle.

Le compte Facebook utilisé a été supprimé peu après que ce système honteux a été éventé. D’autres approches pourraient cependant être utilisées, d’autant plus que les réseaux sociaux ont été très utilisés pour soutenir la famille de Maëlys. Il convient donc de ne pas répondre à ces messages dont l’auteur est impossible à identifier.

L’enquête se poursuit et un suspect arrêté

L’enquête a permis la mise en examen d’un suspect, Nordahl Lelandais, mais celui-ci continue de nier avoir enlevé l’enfant.

Sa version se heurte à certains éléments troublants, mais les enquêteurs semblent manquer cruellement d’indices.

Nordahl Lelandais a été incarcéré dans le cadre de l’enquête sur l’enlèvement et la séquestration de la petite Maëlys.

Le suspect,  un ex-militaire âgé de 34 ans, a été transféré de prison jeudi 14 septembre dernier.

Nordahl Lelandais subissait de nombreuses menaces de mort de la part de ses co-détenus de la maison d’arrêt de Varces.

Pour assurer la sécurité du suspect numéro un de cette affaire, l’administration pénitentiaire a pris la décision de le transférer.

Il est désormais placé à l’isolement au centre pénitentiaire de Saint-Quentin-Fallavier.


Les vastes recherches menées dans la région de Pont-de-Beauvoisin (Isère) et en Savoie près du domicile du suspect n’ont rien donné.

A noter que suite à quelques ratés lors de la « battue citoyenne » organisée pour retrouver Maëlys, ses parents et la police ont indiqué qu’ils ne cautionneraient plus d’initiatives de ce genre.

 


Source france info

Septembre 2017