France – Un directeur de colonie dans l’Aveyron écroué pour viol et agressions sur mineurs

France Le directeur d’une colonie de vacances dans l’Aveyron a été mis en examen et écroué pour « viol et agressions sexuelles sur mineurs », a confirmé mercredi soir à l’AFP le procureur de la République de Montpellier Christophe Barret.

A l’issue de sa garde à vue, le quadragénaire a été déféré mardi à Montpellier pour un viol et sept agressions sexuelles et placé sous mandat de dépôt, a précisé M. Barret.

Les gendarmes avaient été appelés dimanche dans une colonie proche de Millau à la suite du signalement du directeur par une adolescente, avait-on auparavant appris de sources proches du dossier. L’homme âgé de 40 ans animait des séjours de 15 jours dans ce centre aveyronnais pour la 5ème année.

Environ soixante jeunes, dont une majorité de filles, étaient sous sa responsabilité dans un centre de vacances. Au moins huit de ces mineures ont fait état de relations non consenties avec le quadragénaire. D’après Midi Libre, il s’agirait «notamment d’attouchements dans la piscine du site» mais également d’un viol.

Les gendarmes avaient été contactés dimanche par Michel Arnal, responsable du domaine de Gaillac, sur la commune de Sauclières. L’exploitation accueille une colonie de vacances d’équitation pour adolescents. Environ soixante jeunes filles et garçons, de 13 à 17 ans, étaient regroupés pour un séjour de deux semaines.

Le suspect: un ancien militaire «très sérieux et rigoureux»

Le suspect un homme âgé de 40 ans. Le quotidien précise qu’il habite le département du Tarn, qu’il est marié et père de famille. Il suspect animait des séjours dans ce centre aveyronnais pour la cinquième année. Ancien militaire de carrière dans la région de Castres, il était «bien noté, décoré et au casier judiciaire néant», selon Midi Libre. Dans les colonnes de La Dépêche, l’individu est décrit comme «très sérieux et rigoureux».

Au domaine de Gaillac, proche de la ville de Millau, c’est le choc et l’incompréhension: «C’est comme avec les accidents de voiture, on pense toujours que ça n’arrive qu’aux autres. Quand ça vous tombe dessus, il faut faire face. On aimerait pouvoir s’en rendre compte avant que ça arrive… Mais c’est difficilement possible», s’est attristé Michel Arnal auprès de Midi Libre.

Toujours selon les quotidiens locaux, l’homme semble avoir été fréquemment en contact avec des adolescents. Il a été, tour à tour, animateur dans un centre pour jeunes délinquants, «éducateur sportif en centre spécialisé» et entraîneur d’une équipe de football féminin. Les enquêteurs cherchent maintenant à déterminer si des faits similaires se sont produits dans le cadre de ces autres activités.


Source AFP avec Esther Paolini

Août 2017