Thaïlande – « La grande évasion des Shinawatra » après Thaksin, la saison 2 avec Yingluck

L’armée thaïlandaise, critiquée pour avoir laissé fuir l’ex-Première ministre Yingluck Shinawatra, a expliqué mardi qu’elle avait changé de téléphones et de voitures dans les jours précédant son départ, pour déjouer la surveillance dont elle faisait l’objet.

« Nous avons appris qu’elle avait abandonné tous ses téléphones et changé de voitures, il était donc difficile de la tracer en utilisant les méthodes que nous utilisions jusque-là », a déclaré le général Chalermchai Sitthisad devant la presse. Il a par ailleurs confirmé que sa maison n’était plus sous surveillance ces derniers temps.
« Le public a prétendu que cela violait ses droits personnels et l’intimidait alors nous avons retiré les gardes », a-t-il ajouté.

Yingluck Shinawatra, dont le gouvernement a été renversé en 2014 par les militaires, risquait jusqu’à dix ans de prison dans un procès pour négligence dans un programme de subventions accordées aux riziculteurs.
Mais elle ne s’est pas présentée vendredi, le jour du verdict, devant la Cour suprême, qui a condamné ses deux coaccusés à de lourdes peines de prison.

 

Yingluck se plaignait fréquemment d’être constamment suivie par des militaires depuis le coup d’Etat en mai 2014.
Ces derniers jours, les médias thaïlandais ont souvent évoqué l’hypothèse d’un accord secret avec les militaires, qui ont désormais les coudées franches pour remodeler la scène politique nationale avant les élections de 2018.

Une source haut placée au sein de la junte a indiqué à l’AFP que Yingluck avait fui à Dubaï, où réside une partie de l’année Thaksin Shinawatra, son frère qui est également ancien Premier ministre.


Chalermchai Sitthisad a expliqué qu’il était peu probable que l’ex-Première ministre ait quitté la Thaïlande par avion estimant plus probable une fuite par la route ou par la mer. « Je pense que l’ancien Premier ministre Thaksin avait préparé un plan pour elle, à l’aide d’un avion privé » une fois qu’elle a été sortie de Thaïlande, a-t-il déclaré.

Les Shinawatra ont remporté toutes les élections nationales depuis 2001. Avec Thaksin et Yingluck hors du pays, aucun membre de la famille Shinawatra n’est considéré pour l’heure comme étant en mesure de prendre la tête du parti.

Le Puea Thai, qui a publié mardi son premier communiqué depuis l’affaire, a promis « de poursuivre son combat pour la démocratie » et s’est dit « certain que l’ancienne Première ministre expliquerait sa fuite au public ».


Source AFP

Août 2017