Ethiopie- Le projet UNESCO-HNA forme les enseignants à une pédagogie sensible au genre

Les enseignants apportent des changements positifs dans la vie des filles en Éthiopie grâce au Partenariat UNESCO-HNA pour l’éducation des filles et des femmes, qui vise à améliorer les connaissances et les compétences de plus de 10 000 adolescentes.

Mme Simret Getaneh est enseignante à l’école primaire et secondaire de Yirgalem dans la Région des peuples, nations et nationalités du Sud (SNNPR) en Éthiopie. Passionnée par son travail, elle s’efforce d’apporter des changements positifs en faveur de l’égalité des sexes dans son école.

« Je crois que les garçons et les filles sont tous égaux dans l’apprentissage, à condition qu’ils soient soutenus et traités de la même manière », dit-elle. « J’enseigne les mathématiques, et j’ai planifié toutes mes activités pédagogiques conformément à ce principe ».

Les enseignants sont au cœur de la stratégie visant à assurer une éducation de qualité pour les filles et à leur donner les compétences clés pour la vie courante, mais ils ont besoin de formations et de qualifications adaptées.

Pour ce faire, un projet mené par le Bureau de liaison de l’UNESCO à Addis-Abeba dans le cadre du partenariat UNESCO-HNA pour l’éducation des filles et des femmes forme les enseignants à une pédagogie sensible au genre afin de créer un environnement d’apprentissage inclusif, qui tienne compte des sexospécificités et qui soit stimulant pour les garçons et les filles.

Le projet est mis en œuvre au sein de trois établissements d’enseignement supérieur, qui intègrent la pédagogie sensible au genre dans les cours de formation des enseignants. En créant des liens entre les établissements d’enseignement supérieur et les écoles du projet, les enseignants remplissent les conditions favorables pour développer leurs propres initiatives. Ainsi, ils consacrent leur temps et leur énergie à encourager les filles à apprendre, à communiquer et à prendre des décisions de manière active et sensible au genre.

Lorsque l’école de Simret a intégré le projet, elle a été choisie pour être membre de l’équipe de projet et a participé à la formation en pédagogie sensible au genre organisée par l’Institut international de l’UNESCO pour le renforcement des capacités en Afrique (IIRCA) en juillet 2016. Suite à la formation, elle a immédiatement encouragé les filles, en particulier celles des villages ruraux, à participer à des activités d’apprentissage sexospécifiques, et elle a observé des changements remarquables. Elle a également participé à des activités de projets scolaires, par exemple à une formation à l’égalité des sexes pour les filles, à l’organisation de clubs scolaires et à la création d’un environnement d’apprentissage sûr pour plus de 1 200 filles.

Lors de l’atelier de consultation sur l’examen et la planification conjointe organisé par HNA en avril 2017, Simret a fait part de son expérience : « J’ai eu la chance d’intégrer l’équipe du projet. Cela m’a permis de renforcer mes compétences. J’ai maintenant le courage d’aider les filles à l’école et de renforcer leur confiance dans l’apprentissage et les compétences pour la vie. Grâce au soutien de ce projet, j’espère que toutes les enseignantes participeront au niveau de mes attentes et que nous apporterons des changements significatifs dans l’apprentissage et la vie des filles ».

Le projet en Éthiopie jette les bases de sa réussite : en renforçant les compétences des enseignants dynamiques comme Simret, mais aussi en les impliquant dans l’équipe du projet de sorte que ces expériences soient partagées entre les différentes écoles participantes et au-delà, et en s’efforçant de maintenir et diffuser les bonnes pratiques.


Source – Unesco

 
Juillet 2017