La chanteuse Rihanna interpelle les leaders mondiaux sur l’éducation via Twitter

Le 23 juin, Rihanna a lancé une déferlante de tweets aux leaders mondiaux pour leur demander ce qu’ils allaient faire pour financer l’éducation avec son hastag #FundEducation (financer l’éducation).

Rihanna ne manque pas d’audace. Pour défendre le droit à l’éducation, elle s’est assise devant son clavier pour interpeller l’Argentine, le Canada, la France et l’Allemagne.

« Salut Mauricio Macri, comptes-tu engager l’Argentine dans le #FundEducation? », a-t-elle demandé au président de l’Argentine.

Le président lui a répondu le lendemain: « Bonjour Rihanna, l’éducation est au centre de notre politique. L’Argentine va accueillir le G20 l’an prochain et nous nous engageons pour faire de l’éducation une priorité ». Seul l’éducation peut changer le monde Esteban Bullrich« , ajoute le ministre argentin de l’Education.

« Justin Trudeau, je sais que tu nous as soutenu lors du festival #GlobalCitizen, vas-tu réengager le Canada au #FundEducation ? », écrit-elle au Premier ministre canadien.

« Nous vous soutenons », a tweeté le Premier ministre canadien. « Grace à Marie-Claude Bibeau (ministre du Développement international et de la Francophonie), qui s’est assurée que l’éducation des filles soit dans le cadre de notre politique de développement féministe à l’international ».

« Bonjour Emmanuel Macron, la France va-t-elle s’engager dans le #FundEducation », interpellant le président français sur la question.

« L’Allemagne, je viens juste voir où vous en êtes avec votre engagement pour #FundEducation avec Global Partnership? Steffen Seibert, je compte sur vous! », dit-elle au porte-parole du gouvernement fédéral.

Le porte-parole du gouvernement fédéral allemand montre que l’Allemagne est une élève exemplaire: « l’éducation est la clef de la politique de développement allemande. Nous avons pratiquement doublé le budget depuis 2013. Merci d’en parler! »

L’année dernière, la chanteuse avait lancé une bourse pour aider les citoyens du Brésil, de Cuba, d’Haïti, de la Guyane et de la Jamaïque à aller dans une université américaine.

Plus tôt cette année, elle s’est rendue dans une école au Malawi pour compendre les défis éducatifs auxquels les élèves sont confrontés.

Elle est la fondatrice de la Fondation Clara Lionel, qui, avec Global Citizen et le Partenariat mondial pour l’éducation, préconise des « programmes efficaces d’éducation et de santé dans le monde entier ».

D’ailleurs, Harvard l’a nommé humanitaire de l’année en mars dernier.


Copyright – VOA

 

Juin 2017