Hommage à l’informaticienne Grace Hopper, la première Dame du logiciel

Un article proposé par DiscovHer


La Journée mondiale des télécommunications et de la société de l’information célébrée chaque année le 17 mai, vise à sensibiliser les esprits à la façon dont les technologies de l’information et de la communication peuvent apporter leur contribution aux sociétés et aux systèmes économiques.
À cette occasion, DiscovHER a rendu hommage à une pionnière de l’informatique et une femme d’exception, Grace Hopper. Surnommée « Amazing Grace » ou « la première Dame du logiciel ».
Commodore Grace M. Hopper, USN (covered).
Grace Hopper est à l’origine d’une multitude d’avancées majeures dans le domaine de l’informatique, dont l’invention du langage de programmation COBOL et la conception du premier compilateur, un logiciel qui « traduit » un code d’un langage de programmation vers un autre. Sans oublier qu’on lui doit la découverte du tout premier bug de l’histoire de l’informatique.

L’histoire de Grace Hopper est pour le moins hors norme

Née en 1906 à New York, la jeune Grace est une enfant précoce : dès l’âge de sept ans, elle se met en tête de désosser sept réveils pour comprendre leur fonctionnement, avant que sa mère ne s’avise de cette curiosité débordante. Sa soif de connaissances et son désir de repousser les limites sont deux traits de caractère qu’elle cultivera tout au long de sa vie. Elle étudie les mathématiques à Vassar, puis à Yale, avant de s’engager dans la marine en 1943.

Après avoir rejoint la réserve de la Navy en tant que lieutenant pour suivre les traces de son grand-père, Hopper y fera toute sa carrière et finira par se hisser au grade de contre-amiral. Contrainte à prendre sa retraite à 60 ans, elle est bientôt rappelée pour une mission de six mois… qui durera en fait vingt-cinq ans.

À son départ, elle est l’officier le plus âgé des États-Unis. La raison de cette longévité professionnelle extraordinaire est simple : durant son passage dans les rangs de l’armée, Hopper a fait progresser l’informatique à pas de géant.

Véritable génie des mathématiques, elle se voit affectée au projet Mark I, le premier grand calculateur numérique développé à Harvard, que les États-Unis mettront à contribution durant la Seconde Guerre mondiale.

Elle est la première personne à le programmer, c’est-à-dire à transformer la chaîne de nombres indéchiffrables débités par l’ordinateur en un langage intelligible.

Quelques années plus tard, tandis qu’elle travaille sur le Mark II, Hopper découvre un papillon de nuit coincé entre ses relais et réalise que c’est lui qui est à l’origine des dysfonctionnements de l’ordinateur.

Si vous ignoriez d’où vient le terme « bug », qui en anglais désigne un insecte, vous voilà éclairé.

Un autre des succès de Hopper est la création du COBOL, un langage informatique pour les entreprises qui fera florès jusqu’à devenir le langage le plus utilisé à ce jour. Elle a aussi inventé le compilateur, un logiciel révolutionnaire qui traduit du code entre différents langages et a joué un rôle fondamental dans l’évolution de l’informatique moderne.

Autant dire qu’Amazing Grace n’avait vraiment volé son surnom !

Vous connaissez d’autres femmes dont les travaux ont révolutionné l’informatique ? Faites-en part à :  @femmesetscience.


Copyright – Discov-Her

Mai 2017