Egypte – Un attentat meurtrier contre un bus de pèlerins endeuille à nouveau les coptes

La terreur vise à nouveau la communauté copte – Les chrétiens d’Egypte ont été de nouveau pris pour cibles ce vendredi 26 mai. Des hommes armés ont attaqué un bus transportant des fidèles qui se rendaient en pèlerinage au monastère d’Anba Samuel, près de Minya, en Moyenne-Egypte.

Le bilan de ce carnage est lourd : on compte au moins 30 morts, dont de nombreux enfants.

Selon plusieurs témoignages, les assaillants auraient bloqué le bus, avant de monter à bord et de tirer à l’arme automatique sur les passagers ; le carnage aurait été filmé par l’un des terroristes. Ces derniers ont ensuite pris la fuite.

Attentats à répétition

Ce nouveau massacre vient endeuiller une communauté encore bouleversée par les sanglantes attaques survenues début avril, lors du Dimanche des Rameaux, dans deux églises de Tanta et Alexandrie, faisant 45 morts. Sans parler de l’attentat-suicide qui avait visé l’église St Pierre et St Paul, en plein cœur de la capitale égyptienne, en décembre dernier.

Ces trois attentats avaient été revendiqués par la branche égyptienne de l’Etat islamique, très active dans le Sinaï, et qui avait promis de faire des chrétiens leurs cibles privilégiées. Depuis janvier dernier, une série d’attaques contre les coptes dans cette région très instable a d’ailleurs poussé des milliers d’entre eux à prendre la fuite.

Le soutien du pape François

L’Eglise copte d’Egypte forme la plus importante communauté chrétienne du Moyen-Orient avec près de 10 millions de fidèles. Très éprouvée ces dernières années, notamment depuis la chute de l’ancien président égyptien Hosni Moubarak en 2011, l’avènement puis la chute des Frères musulmans en 2013, l’Eglise copte d’Egypte a reçu le soutien du Pape François.

Les 28 et 29 avril derniers, le Souverain Pontife s’était rendu durant 27 heures au Caire pour son 18e voyage apostolique à triple dimension, pastorale, oecuménique et interreligieuse.

Le Pape François y avait notamment rencontré le Grand Imam de l’Université sunnite d’Al-Azhar, le Sheikh Ahmed Al-Tayyeb;

ainsi que le pape Tawadros II, chef de l’Eglise copte orthodoxe. C’est d’ailleurs avec lui qu’il avait assisté à une célébration œcuménique à l’église St Pierre et St Paul du Caire, en l’honneur des martyrs de l’attentat de décembre. Le Pape François avait rappelé avec émotion l’importance et la force de l’œcuménisme du sang : «le sang innocent de fidèles sans défense versé cruellement nous unit», avait-il notamment déclaré. Une réalité plus actuelle que jamais.


Copyright – Radio vatican

Mai 2017