Persécution des homosexuels en Tchétchénie – Le président Russe sort de son silence

En Russie, quatre jours après la manifestation de Saint Pétersbourg pour le droit des homosexuels en Tchétchénie, Vladimir Poutine est finalement sorti de son silence. Vendredi, le président russe s’est déclaré prêt à soutenir une enquête officielle concernant les persécutions d’homosexuels tchétchènes.

Une décision prise après sa rencontre avec la médiatrice russe des droits de l’Homme et surtout trois jours après la visite d’Angela Merkel qui lui avait demandé d’intervenir.

“Je vais parler au procureur général et au ministre de l’Intérieur pour soutenir l’enquête concernant ces informations, ou ce que j’appellerai des rumeurs, à propos des gens qui auraient une sexualité non traditionnelle dans le Caucase”.

De son côté le président tchétchène s’est déclaré prêt à collaborer tout en précisant… qu’il n’y avait pas d’homosexuels dans son pays. En mars dernier, un journal indépendant russe a évoqué l’arrestation et la torture d’une centaine d’hommes en Tchétchénie.

Cette enquête a soulevé une vague d’indignation dans la communauté internationale.

23 pays membres de la Coalition pour l’égalité des droits ont adressé un « appel urgent » aux autorités russes, les enjoignant à enquêter sur les persécutions présumées subies par les hommes homosexuels en Tchétchénie. Le document a été signé en Uruguay par l’Argentine, l’Allemagne, l’Espagne, la France, le Chili et la Suède, entre autres.

La réaction des autorités tchétchènes suite à la publication des accusations a été virulente. Le porte-parole du dirigeant tchétchène Alvi Karimov a qualifié la publication de « mensonge absolu », soulignant qu’« il est impossible d’arrêter et de poursuivre en justice des gens qui n’existent pas dans la république ».

Le président de la république Ramzan Kadyrov a également démenti les accusations, alors que 15 000 personnes se sont rassemblées à Grozny pour accuser Novaïa Gazeta de calomnie.

Pour sa part, le porte-parole du président russe Dmitri Peskov a déclaré la semaine dernière, après une rencontre entre Poutine et Kadyrov, que les deux dirigeants n’étaient pas au courant de tels abus. Peskov a déclaré que les accusations parues dans le journal étaient « totalement anonymes » et que l’administration russe n’avait aucune raison de retirer sa confiance à [Kadyrov] dans cette situation.

Le Conseil de l’Europe a exhorté la Russie à protéger les personnes de la communauté LGBT. « Des mesures urgentes sont nécessaires pour protéger les personnes LGBT en Tchétchénie, le Comité des Ministres continuera à surveiller la situation »

Une manifestation en solidarité avec les homosexuels persécutés en Tchétchénie a été organisée à Saint-Pétersbourg le 1er mai, un mois après les révélations glaçantes de Novaïa Gazeta.


Copyright Euronews

Mai 2017