7 avril – Journée mondiale de la santé : l’OMS met un coup de projecteur sur la dépression

Ce vendredi 7 avril est la journée mondiale de la santé. Pour l’édition 2017, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a souhaité mettre un coup de projecteur sur la dépression. Voici les signes qui peuvent vous alerter d’une dépression… et d’une dépression chez quelqu’un de votre entourage.

Les symptômes physiques

La personne dort moins bien, moins profondément, moins longtemps, et son sommeil est peu réparateur. Les dépressifs se réveillent souvent avant leur réveil et ne peuvent plus se rendormir. Certains, au contraire, trouvent refuge dans le sommeil, et passent plus de temps que nécessaire dans leur lit, avec des effets abrutissants.

La personne est constamment fatiguée, manque d’énergie et fonctionne globalement au ralenti. Perte ou augmentation d’appétit (et de poids) sont fréquents. Les aliments semblent sans goût, cuisiner devient une corvée, les repas sont irréguliers.

Son désir sexuel peut s’estomper, voire disparaître. Faire l’amour devient plus compliqué, ce qui peut créer des tensions dans le couple.

Les symptômes psychiques et moteurs

La personne peut avoir du mal à se concentrer sur sa tâche et à retenir ce qu’on lui dit. Réfléchir et anticiper paraissent plus compliqué.

La fatigue physique est aussi morale. Les mouvements du visage sont diminués, et la personne semble inexpressive. Des tâches courantes deviennent très compliquées à faire. La parole se fait plus lente et moins fluide.

La personne est phobique, anxieuse, rumine des idées négatives. Tout événement est vu avec un prisme négatif. Beaucoup de pensées tournent autour de la mort (que ce soit la sienne ou celle de ses proches). La personne se dévalorise, se sent coupable et inutile.

Les symptômes émotionnels

La joie et la tristesse sont altérées, tout semble terne. Les petits plaisirs de la vie disparaissent chez la personne atteinte de dépression.

Les personnes dépressives souffrent d’un sentiment d’abandon, de solitude et de nullité. Cette apathie peut se doubler d’une hypersensibilité aux situations de la vie quotidienne.

Les personnes dépressives n’ont pas forcément tous ces syndromes combinés. Une évaluation par un professionnel reste nécessaire pour diagnostiquer une dépression. 

Mais il existe quelques vérités universelles qui permettent de mieux appréhender la maladie. En voici 10, à l’occasion de la Journée mondiale de la santé organisée ce vendredi 7 avril par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), dont le thème 2017 est la dépression.

1. Elle peut être génétique.

De nouvelles études suggèrent que cette maladie pourrait avoir des origines biologiques, spécifiquement dans l’ADN humain. A partir des données de 23andMe, une société qui étudie les gènes, les scientifiques se sont aperçus qu’une quinzaine de nos gènes, liés au développement des neurones dans le cerveau, pouvaient jouer un rôle dans la dépression.

2. C’est une maladie physique.

La dépression se manifeste par des symptômes aussi physiques qu’affectifs. Ceux qui en souffrent ont souvent des troubles de l’appétit, du sommeil et des maux de tête.

3. Les scientifiques ne cessent de découvrir de nouveaux traitements prometteurs.

On peut vraiment soigner les maladies mentales. Une étude récente a démontré que l’activation comportementale – une nouvelle forme de psychothérapie dans laquelle les patients apprennent à gérer les situations qui provoquent un état dépressif au lieu d’y repenser sans arrêt – pourrait permettre de lutter efficacement et à peu de frais contre la dépression. Certaines études laissent même entendre que les thérapies analytiques en ligne fonctionnent dans certains cas.

La prise de médicaments peut également complémenter ces thérapies et aider à réguler les troubles mentaux. Les professionnels de santé peuvent aider les patients à trouver le traitement le plus adapté.

4. Elle est répandue.

Elle touche environ 350 millions de personnes à travers le monde. C’est aussi l’une des premières causes de handicap.

5. Elle affecte profondément notre capacité à travailler.

Le manque de motivation est l’un des principaux symptômes de la dépression, ce qui peut avoir une incidence sur la carrière de ceux qui en souffrent. Rien qu’aux Etats-Unis, on estime que la perte de productivité engendrée par cette pathologie coûte 44 milliards de dollars aux entreprises chaque année, selon le Centre d’étude de la dépression de l’université du Michigan.

6. Elle peut toucher n’importe qui.

La dépression, comme toutes les maladies mentales, ne tient pas compte de l’âge, de la fonction ou de l’origine ethnique de la personne. Des stars comme Kerry Washington ou Demi Lovato, et des sportifs comme Brandon Marshall ou Andre Agassi, ont parlé publiquement de leur combat contre cette pathologie.

7. Elle est ultrastigmatisée.

Les stéréotypes qui entourent les troubles mentaux ont la vie dure. Les termes faisant référence à la santé mentale font souvent figure d’insulte, ou sortent sans qu’on y réfléchisse lors d’une conversation. Beaucoup de gens font également le lien entre maladie mentale et violence, alors qu’il n’est pas établi. Tous ces comportements génèrent nombre d’idées reçues.

8. Beaucoup de dépressifs n’osent pas en parler.

La honte ou la peur du jugement des autres empêche souvent les gens qui souffrent de troubles mentaux d’en parler ouvertement. Des études montrent que les a priori négatifs peuvent même les dissuader de se faire soigner, surtout les hommes. Une étude de 2015 a montré que ces derniers dissimulaient leurs pensées suicidaires plus fréquemment que les femmes.

9. Elle peut conduire au suicide.

Les troubles psychologiques peuvent avoir de graves conséquences, ce qui explique pourquoi les thérapies et l’empathie sont cruciales dans ce genre de cas. Selon l’Observatoire américain des maladies mentales, ces troubles sont à l’origine d’environ 90% des suicides.

10. Elle ne nous résume pas.

La dépression n’est pas une faiblesse ni un défaut, et nous ne nous résumons pas à cela, tout comme certaines personnes ne se résument pas au cancer ou au diabète qui les afflige. Les maladies mentales peuvent être gérées avec un traitement adéquat, et elles n’empêchent nullement de mener une existence heureuse et épanouie.

pour en savoir plus allez sur : http://www.who.int/fr/


Avril 2017