Marina Trancoso, la conservatrice et éditrice de photos qui donne de la visibilité aux femmes au sein des arts

Conservatrice et éditrice de photos, Marina Trancoso s’est spécialisée dans la photographie contemporaine. La trentenaire née à São Paulo, au Brésil, est basée à Berlin, en Allemagne d’où elle nous présente « Impressa ».

« Le projet Impressa consiste à relier une communauté en offrant un espace aux artistes féminines pour partager leurs travaux et échanger des idées et des expériences. Il est important de souligner qu’il ne s’agit pas d’une plate-forme pour les femmes photographes; L’idée ici est de présenter leurs contributions à la communauté photographique dans son ensemble. Et, les hommes font également partie de ce dialogue. Je suis heureuse de voir tellement d’artistes et de lecteurs masculins soutenir notre travail » Marina Trancoso, Fondatrice et rédactrice en chef du magazine Impressa

Quel parcours pour arriver à Impressa ?

Je suis diplômée en histoire et j’ai démarré ma carrière professionnelle comme chercheur d’image pour le compte d’un magazine d’histoire. C’est ainsi que je suis entrée en contact avec la photographie… En 2011, j’ai décidé de déménager aux Pays-Bas pour poursuivre une maîtrise en gestion des arts et j’ai fini par écrire ma thèse sur la relation entre la photographie et l’art de la performance.

Afin de pouvoir travailler avec des photographes contemporains, j’ai intégré une galerie de photos à Cologne, en Allemagne. Au cours des cinq dernières années, j’ai travaillé pour différentes institutions et galeries. C’est à la fin de 2016, que j’ai décidé de mettre en oeuvre le projet Impressa.

Une plate-forme indépendante qui présente des œuvres exceptionnelles de photographes féminines.

Impressa est né d’un souci très particulier : la sous-représentation des femmes au sein des arts est un problème trop souvent ignoré. C’est ce que j’ai réalisé après de nombreuses années de travail dans le monde de l’art.

Les femmes artistes n’ont toujours pas la même visibilité que leurs homologues masculins.

Je dirais que la mission d’Impressa est de fonctionner comme un « point de rencontre » pour une nouvelle génération d’artistes qui partagent un intérêt commun pour la photographie et la conviction commune que la sous-représentation des femmes dans les arts n’est plus acceptable.

Ce projet consiste à relier une communauté en offrant un espace aux artistes féminines pour partager leurs travaux et échanger des idées et des expériences. Il est important de souligner qu’il ne s’agit pas d’une plate-forme pour les femmes photographes; L’idée ici est de souligner leur contribution à la communauté photographique dans son ensemble. Et les hommes font également partie de ce dialogue. Je suis heureuse de voir tellement d’artistes et de lecteurs masculins soutenir notre travail.

Impressa est en ligne depuis octobre 2016, donc la plate-forme est encore jeune, toutefois, le projet grandit rapidement. J’ai reçu une réponse très positive des lecteurs et des artistes et je suis très heureuse…

Le contenu d’Impressa est une combinaison d’œuvres que je trouve (expositions, foires d’art, photobooks, etc.) et les soumissions que je reçois des artistes.

Pour soumettre une série de photographies, je demande aux photographes de m’envoyer leurs portfolios avec une description des projets et une courte biographie, ou un lien vers leurs sites Web. Je reçois de plus en plus de soumissions au fil des semaines. Et comme j’aime découvrir de nouveaux artistes et des œuvres originales, l’examen des œuvres est certainement la meilleure partie de mon travail !

Impressa est une combinaison de trois piliers : une plate-forme en ligne, un magazine imprimé et une série d’expositions.

Le projet vit sa première année. La plate-forme web est le cœur du projet, car il me permet de me connecter avec des artistes et des lecteurs du monde entier. Offrir d’excellent contenu et élargir sa présence en ligne est l’objectif actuel. Il est prévu de lancer de nouvelles sections du site et d’inviter des écrivains externes à contribuer avec des articles et des revues. S’engager sur la scène de la photographie locale est également primordial, alors je collabore avec des conservateurs et des institutions artistiques à Berlin.

Les prochaines étapes consistent à publier le premier numéro imprimé d’Impressa magazine et à organiser des expositions avec les artistes présentés dans le magazine et sur la plate-forme web.

Je projette également de lancer une série de réunions ici à Berlin, et d’ouvrir un espace où les photographes peuvent se rencontrer, discuter de leurs travaux et échanger leurs idées.

Je suis convaincue que de beaux projets et des belles collaborations sortiront de ce dialogue, donc je suis plus qu’impatiente de faciliter ces échanges qui s’inscrivent dans l’agenda 2018 du projet.

Pour découvrir les œuvres, les artistes et le projet Impressa rendez-vous sur  www.impressamag.com


Copyright Ffnews avec Impressa 

Avril 2017