Etats Unis – Ivanka Trump, une employée bénévole qui se fait une place au cœur du pouvoir

La « First Daughter » des Etats-Unis fait son entrée officielle à la Maison-Blanche pour conseiller son père Donald Trump. Pour autant, la fille aînée du Président ne touchera pas de salaire.

Ivanka Trump se fait une place au cœur du pouvoir. Elle a annoncé ce mercredi qu’elle allait devenir employée fédérale non rémunérée à la Maison-Blanche. Son arrivée dans le « West Wing » en tant que conseillère informelle lui avait valu un bon nombre de critiques car elle n’était soumise à aucune règle éthique. « J’ai entendu les inquiétudes de certains concernant mon rôle de conseillère du Président (…) et je serai désormais une employée non rémunérée de la Maison-Blanche, soumise aux mêmes règles que les autres employés fédéraux », a-t-elle déclaré dans un communiqué.

La Maison-Blanche n’a pas tardé à saluer cette démarche, preuve de l’engament du gouvernement dans l' »éthique » et la « transparence ». Après la nomination de son mari Jared Kushner, les accusations de népotisme envers le président n’avaient pas tardé mais le cas d’Ivanka Trump est inédit.

« Avoir la fille adulte d’un président qui a un rôle actif dans l’administration est sans précédent », avoue-t-elle elle-même. Son bureau dans l’aile ouest lui confère une place centrale dans la vie politique américaine. Selon le site Politico, elle aura accès aux documents classifié et sera dotée d’un téléphone protégé.

Redorer l’image de son père

Il semblerait que celle que l’on surnomme la « First daughter » ait pris la place de sa belle-mère, Mélania Trump, logée à New-York. En effet, la femme d’affaires de 35 ans a déjà montré qu’elle avait une réelle influence sur le Président. Elle est omniprésente à ses côtés, notamment lors des rencontres clés avec de chefs d’Etats étrangers tels que le Premier ministre canadien Justin Trudeau, le Premier ministre japonais Shinzo Abe ou encore la chancelière allemande Angela Merkel.

Alors que son père est connu pour être imprévisible, elle semble vouloir incarner l’aile modérée du clan Trump. En effet, elle détonne face aux conseillers nationalistes de la présidence à l’image de Steve Bannon, ancien patron du site d’extrême droite Breitbart News. Ivanka Trump peut également se montrer diplomate. C’est d’ailleurs sur ses conseils que Donald Trump a rencontré les deux défenseurs de l’environnement que sont l’homme politique Al Gore et l’acteur Leonardo DiCaprio. Or, le président est réputé pour être hostile à la lutte contre le réchauffement climatique.

Le Président est également conscient du poids de sa fille dans les questions relatives aux droits des femmes, alors que lui-même a été critiqué pour ses propos misogynes. D’ailleurs, Ivanka défend l’instauration du congé maternité, quasiment inexistant aux Etats-Unis. C’est pourquoi, en décembre, Donald Trump avait préféré laisser à fille aîné le soin de discuter avec Nancy Pelosy, chef de file des démocrates à la Chambre des représentants sur la cause des femmes. En avril, elle se rendra au sommet baptisé « Women 20 » à Berlin dans le but de « promouvoir le rôle des femmes dans l’économie », a-t-elle tweeté lundi. L’idée reste la même : apporter une touche de crédibilité à la présidence de Donald Trump déjà confrontée à de nombreuses difficultés.


Copyright – JDD

Mars 2017