Royaume Uni – Amber Rubb appelle WhatsApp à collaborer dans l’enquête sur l’attaque à Londres

Quatre jours après l’attentat au Parlement de Londres, les enquêteurs cherchaient toujours dimanche de possibles complicités, les autorités appelant les services de messagerie sécurisée comme WhatsApp à collaborer.

La ministre britannique de l’Intérieur, Madame Amber Rudd a jugé « totalement inacceptable », dimanche sur la BBC, le fait que des communications entre suspects d’actes de terrorisme puissent échapper aux services de renseignement parce qu’elles sont encryptées.

La ministre a confirmé que le Britannique de 52 ans converti à l’islam qui a tué mercredi trois personnes en les fauchant avec sa voiture sur le pont de Westminster avant de poignarder à mort un policier devant le Parlement, avait utilisé le service de messagerie sécurisée WhatsApp, propriété de Facebook, juste avant l’attaque.

« Pas de cachette pour les terroristes »

« Nous devons nous assurer que les entreprises comme WhatsApp ne fournissent pas de cachette où les terroristes peuvent communiquer entre eux », a-t-elle dit.

« Nous devons nous assurer que nos services de renseignement aient la capacité d’accéder à des échanges », a-t-elle fait valoir, annonçant qu’elle devait rencontrer jeudi plusieurs responsables d’entreprises compétentes dans ce domaine, sans les nommer, pour les convaincre de collaborer avec les autorités.

WhatsApp annonce sa collaboration

Un porte-parole de WhatsApp a réagi en faisant part de la bonne volonté du groupe. « Nous sommes horrifiés par l’attaque perpétrée à Londres cette semaine et nous coopérons avec les autorités dans le cadre de leurs enquêtes », a-t-il indiqué.

Du côté de la police, les enquêteurs « pensent qu’il s’agit d’un agresseur solitaire », a affirmé Amber Rudd, soulignant que l’enquête se poursuivait.


Copyright – RTS.CH / AFP

Mars 2017