Coopération – Hiroute Guebre Sellassie présente les projets de l’ONU en Afrique de l’ouest

Hiroute Guebre Sellassie est la Représentante Spéciale Adjointe du Secrétaire général des Nations Unies pour l’Afrique de l’ouest et le Sahel. Pour elle, “des projets importants ont vu le jour et d’autres sont en cours de développement -qui témoignent de la volonté des deux entités d’aller de l’avant”.

“Tout d’abord, permettez-moi de remercier mon frère, le Secrétaire Permanent du G5 Sahel, El-Hadj Nadjim Mohamed et l’ensemble de son équipe pour l’accueil chaleureux qui nous a été réservé”. Ce sont des mots de remerciements par lesquels Mme Hiroute Guebre Sellassie a débuté son propos à Nouakchott, en marge d’une révision de la feuille de route de coopération entre le G5 Sahel et les Nations Unies.

Mme Hiroute a remercié et rendu hommage à la qualité de la coopération entre le Secrétariat Permanent et la Cellule de Liaison d’UNOWAS à Nouakchott qui a permis l’organisation de notre réunion d’aujourd’hui. Elle se dit convaincue que cette coopération jouera un rôle central dans la consolidation du partenariat entre le G5 Sahel et les NU. Selon elle, la réunion d’aujourd’hui s’inscrit dans l’engagement des deux entités à poursuivre leur partenariat privilégié, entamé en 2014, afin d’apporter une réponse efficace et coordonnée aux défis que connaissent les pays du G5 Sahel.

“L’établissement de la Cellule de Liaison est aussi une preuve de notre engagement, celui des Nations Unies, de continuer la coopération avec le G5 Sahel et d’amplifier le volume de nos activités communes en s’appuyant sur une approche qui privilégie une appropriation régionale forte” dit-elle. Pour Mme Hiroute Guebre, cette réponse, articulée en juin 2015 à travers une Feuille de Route de Coopération entre le G5 Sahel et les NU constitue le socle du partenariat qu’il faut régulièrement réajuster et enrichir à la lumière des développements institutionnelles et socio-politiques dans la région.

Pour la Représentante spéciale adjointe du secrétaire général des Nations-Unies, les activités énoncées dans le Programme d’Investissement Prioritaire (PIP) qui couvre la période 2017-2019, par exemple, et les priorités formulées par le dernier sommet des Chefs d’Etats du G5 Sahel qui s’est tenu en février dernier à Bamako, sont-, dit-elle, des éléments importants qu’on doit aussi considérer durant nos discussions sur la revue de la Feuille de Route. Depuis le début du partenariat entre le G5 Sahel et les NU, des avancées notables ont vu le jour- mais-nous devons continuer l’effort car beaucoup reste à faire. “Aujourd’hui, des projets importants ont vu le jour et d’autres sont en cours de développement -qui témoignent de la volonté des deux entités d’aller de l’avant.

La mise en place de la “Plateforme de Coopération en matière de sécurité” et la Cellule de lutte contre la radicalisation, ainsi que l’établissement de la Plateforme des femmes du Sahel qui a organisé un dialogue de haut niveau le mois dernier, sont autant d’exemples de projets concrets qui répondent aux besoins contenus dans la Feuille de Route” a-t-elle fait comprendre. Cependant, il est aussi important de rappeler la nécessité de prendre en compte, tel que cela a été articulé dans la Feuille de Route, des réalisations dans le domaine des droits de l’homme et de la gouvernance. Au-delà de l’évaluation -nécessaire- de la mise en œuvre de la Feuille de Route, la réunion d’aujourd’hui est aussi une opportunité majeure pour discuter et articuler une approche claire quant à la mobilisation des ressources permettant la réalisation des projets.

Mme Hiroute souhaite que la réunion de ce mardi, leur permettra de façonner de la manière la plus concrète possible notre Feuille de Route pour les trois années à venir 2017-2020, ainsi qu’une matrice couvrant des projets communs.

Mars 2017