Afrique du Sud – l’ANC s’oppose aux expropriations de terres sans compensation

Afrique du Sud – L’African National Congress (ANC), le parti au pouvoir en Afrique du Sud, a rejeté mardi dernier une proposition de réforme constitutionnelle initiée par l’Economic Freedom Fighters, le parti dissident de l’ANC dirigé depuis 2013 par Julius Malema.

Destiné à permettre l’expropriation de terres sans compensation, ce projet de réforme cristallise les tensions dans un contexte socio-politique délicat.

S’exprimant ce 2 mars au micro de l’ENCA, la secrétaire générale adjointe de l’ANC, Jessie Duarte, a expliqué que, loin de s’opposer à tout progrès, le but du parti historique est de renforcer les droits des propriétaires terriens. « La constitution permet à l’ANC de faire ce qui doit être fait sur la question de terre. Une partie des préoccupations du parti était que la motion de l’EFF visant à lancer le processus d’amendement constitutionnel aurait déclenché des invasions illégales de terres », a-t-elle défendu.

Une sortie médiatique pour rassurer l’opinion publique, à laquelle l’ex-enfant terrible du parti de Nelson Mandela explique que la« transformation économique radicale » tant souhaitée ne figure apparemment pas au cœur des préoccupations des dirigeants actuels.


Copyright – Ecofin par Souha Touré

Mars 2017