UA – Transformer l’avantage apporté par la jeunesse en dividende démographique

ADDIS-ABEBA, – La présidente sortante de la Commission de l’Union africaine, Mme Nkosazana Dlamini-Zuma, a souligné lundi le rôle de l’éducation et de l’emploi pour réaliser le dividende démographique.

Elle a fait cette remarque lors de l’ouverture du 28e sommet de l’UA au siège de l’institution panafricaine, à Addis-Abeba, capitale éthiopienne.

« L’Afrique compte 200 millions de jeunes âgés de 15 à 24 ans. D’ici 2025, le nombre des jeunes africains représenteront un quart de la jeune population mondiale », a-t-elle fait savoir, soulignant : « il faut transformer l’avantage apporté par la jeunesse en dividende démographique ».

Pour ce faire, Mme Dlamini-Zuma a appelé d’abord à fournir à tous les jeunes africains les opportunités d’éducation, les laisser accomplir l’éducation secondaire et avoir l’accès à la formation professionnelle et l’universtié, afin d’élargir leurs connaissances en matière des sciences, des mathématiques, de l’ingénieurie et de la technologie, avec l’accent particulier mis aux jeunes filles et femmes.

« Nous parlerons avec les secteurs industriel et éducatif pour qu’ils comblent le fossé entre l’industrie et l’éducation », car d’après elle, le renforcement de ce lien permettra d’éradiquer l’inadéquation des compétences et de traiter le manque d’ingénieurs, de scientifiques agricoles, de biologistes et d’autres personnes compétents.

Elle a appelé aussi la société civile pour soutenir cet engagement, afin de créer une Décennie africaine de lecture (African Decade of Reading), de sorte que les nouvelles générations puissent apprendre et renouveler le panafricanisme.

« Puisque 60% des chômeurs sont des jeunes, avec leur taux de chômage étant du double de celui des adultes, nous devons aborder décisivement la question du chômage des jeunes », a souligné Mme Dlamini-Zuma.

Elle a exigé que les programmes, qu’ils portent sur la diversification de l’économie ou la modernisation de l’agriculture, doivent viser à créer les emplois et les opportunités économiques pour les jeunes entrepreneurs.

« Nous devons nous assurer que les enfants, les jeunes hommes et femmes africains considèrent l’économie bleue comme leur patrimoine culturel et des chemins possibles de carrière. Nous souhaitons la même chose en ce qui concerne l’espace célestre et les sciences de l’espace », a déclaré la présidente de la Commission de l’UA.


Copyright Xinhua

Février 2017