Côte d’Ivoire – Le procès de l’ex-première Dame Simone Gbagbo renvoyé au 21 février 2017

Abidjan, Côte d’Ivoire – Le procès de l’ex-Première dame du pays, Madame Simone Gbagbo, poursuivie pour « crimes de guerre » et « crimes contre l’humanité » a été renvoyé au 21 février « pour permettre aux avocats commis d’office de s’imprégner davantage du dossier ».

« L’audience est suspendue jusqu’au 21 février 2017 pour permettre aux avocats commis d’office de s’imprégner davantage du dossier », a dit le juge Boiqui Kouadjo, après que la défense a sollicité un délai.

Selon Me Georges Vieira, ce delai leur permettra d’entrer en possession de pièces nécessaires à la défense de l’accusée, notamment des lettres, des rapports d’expertises et des pièces qui auraient été saisis lors de perquisitions au domicile de l’ex-Première dame.

Suspendu le 20 décembre 2016, le procès de l’ex-Première dame ivoirienne a repris mardi en présence des avocats commis d’office pour assurer la défense de Mme Gbagbo, à savoir le bâtonnier Me Claude Mentenon, Me Amani Kouamé et Me Georges Vieira en remplacement de ceux initialement constitués.

Le 29 novembre, les avocats de la défense avaient claqué la porte pour protester contre le rejet par la cour de la comparution de personnalités politiques et militaires « acteurs principaux des faits » reprochés à leur cliente.

L’ex-Première dame de Côte d’Ivoire est jugée depuis le 31 mai 2016 pour « crimes de guerre » et « crimes contre l’humanité » commis pendant la crise post-électorale ayant causé la mort d’au moins 3.000 personnes. Son époux, Laurent Gbagbo, détenu depuis 2011 à la Cour pénale internationale (Haye), est jugé pour les mêmes faits.

Elle a fait l’objet d’une première condamnation de 20 ans de réclusion pour atteinte à la sûreté de l’Etat en 2015.


Copyright connectionivoirienne

Janvier 2017