Le sketch « The Real Housewives of Isis » sur la vie des femmes de terroristes divise le Royaume-Uni

De riches femmes oisives, uniquement préoccupées par leurs époux, leurs vêtements et leurs relations sociales teintées d’hypocrisie. Le concept fait sourire, et a plus d’une fois été utilisé dans les séries télévisées. Mais lorsque des femmes de jihadistes remplacent les mères aux foyers américaines, le show est-il toujours aussi drôle?

Voilà la question qui agite le Royaume-Uni, après la diffusion le 3 janvier dernier des premiers épisodes de l’émission satirique « Revolting » sur la chaîne publique BBC 2. Intitulé « The Real Housewives of Isis » (« Les vraies femmes aux foyer de Daech »), l’épisode parodie le concept américain de la série « The Real Housewives »… dans l’univers jihadiste. Afsana s’inquiète ainsi de sa tenue pour la décapitation prévue trois jours plus tard, Zaynab se réjouit de la nouvelle veste explosive que son mari lui a offerte, avant que, (catastrophe!), sa copine n’arrive avec la même. Le tout assorti de selfies sur Instagram, hashtag « mort à l’Occident » et emojis de l’Etat Islamique.
1 minute 42 secondes qui ont révolté/réjoui, en un mot, divisé, les Britanniques et le reste du monde, comme en témoignent les vagues de commentaires qui ont suivi la diffusion du show. Sur la page Facebook de la chaîne, la vidéo a été partagée près de 300.000 fois en deux jours, récoltant au passage plus de 71.000 commentaires.

Comme le soulignent nos confrères du Monde, le débat tient en une phrase: peut-on rire de tout? Un sujet qui fâche et qui a moult fois été évoqué en France, notamment après l’attentat contre Charlie Hebdo.

Et à l’instar des dessinateurs de l’hebdomadaire satirique français, les créateurs du sketch Heydon Prowse et Jolyon Rubinstein défendent le sens premier de la satire (avec une pointe de flegme toute britannique).

« C’est important de ne pas faire semblant. Il ne faut pas avoir peur ou ça mine votre crédibilité. On ne peut pas s’en prendre à David Cameron pendant cinq ans (ndrl, avec leur précédente émission) et ne pas s’en prendre à l’Etat islamique », souligne ainsi Prowse, tandis que son collègue ajoute « Au mieux, ça peut lancer une conversation au pub du coin ».

Un avis que partage le comédien britannique, youtubeur et influenceur Ali Shahalom, véritable célébrité outre-Manche. « Tout l’intérêt de la satire est d’exposer la stupidité. Pour ce que j’en ai vu, ça n’a rien d’offensant pour la religion », a-t-il déclaré dans une publication sur les réseaux sociaux, ajoutant que les satires de ce type mettait en avant l’absurdité des recruteurs et des recrues de Daech.


Copyright huffingtonpost

Janvier 2017