Automatisation des fonctions – Les femmes lésées par la 4e révolution industrielle

Les femmes seront moins nombreuses que les hommes à profiter des emplois de la 4e révolution industrielle, celle de l’intelligence artificielle, de l’IoT et de l’impression 3D.

L’impact de l’automatisation sur l’emploi fait l’objet de nombreuses études. Celles du Forum économique mondial témoignent des disparités femmes-hommes.  Les femmes sont minoritaires dans les sciences, les technologies, l’ingénierie et les mathématiques (les STEM, en anglais). En revanche, elles sont majoritaires dans les fonctions les plus susceptibles d’être automatisées, du travail à la chaîne à l’emploi administratif. Elles sont donc plus exposées au déclassement.

Il s’agit « d’une question clé pour la parité, car les carrières dans les STEM devraient être les plus prisées dans le contexte de la quatrième révolution industrielle », souligne le Forum économique mondial dans son rapport (The Global Gender Gap Report). Cette 4e révolution – celle de l’intelligence artificielle, des objets connectés et de l’impression 3D – va fortement impacter l’emploi… à la baisse, dans un premier temps.

Femmes au top

Dans un autre rapport (The Future of Jobs), le Forum estime que la 4e révolution industrielle va détruire plus d’emplois (7,1 millions) qu’elle n’en crée (2 millions) dans 15 économies, France incluse, sur la période 2015-2020. Cela représente une perte nette de 5,1 millions d’emplois dans des pays où s’activeraient 1,86 milliard de travailleurs au total, soit près de 65% de la main d’oeuvre mondiale.

Sur les 5,1 millions d’emplois perdus (perte nette), 48% concerneraient des femmes, 52% des hommes. Malgré tout, ces derniers étant plus nombreux parmi la main d’oeuvre globale, les gains pour les femmes seront plus faibles, en valeur absolue. Ainsi, cela devrait se traduire,  pour les femmes, par « 3 millions d’emplois détruits, mais seulement 550 000 emplois créés ». Et pour les hommes par « 4 millions d’emplois détruits pour 1,4 million d’emplois créés », selon le rapport.

Dans le détail : les hommes devraient pouvoir tabler sur un nouvel emploi créé dans les technologies (STEM) pour 4 emplois perdus ailleurs. Alors que ce ratio passerait à 1 emploi créé dans les STEM pour 20 emplois perdus chez les femmes ! Si la tendance ne change pas, « les femmes risquent de perdre les meilleurs opportunités d’emploi de demain », résume le Forum. L’engagement personnel, la responsabilité des entreprises et des politiques publiques bien ficelées sont nécessaires pour inciter davantage de femmes à se lancer, à progresser et à gagner leur vie dans les technologies.


Copyright Silicon.fr

Janvier 2017