Quel est votre souhait pour l’éducation dans votre pays en 2017 ?

« Mon rêve est que l’éducation soit une porte ouverte et non une haute muraille », a été le souhait d’un des nombreux commentateurs sur Facebook et LinkedIn qui ont répondu à notre question de fin d’année : « Quel est votre souhait pour l’éducation dans votre pays en 2017 ? »

Alors que la première année de l’agenda mondial Éducation 2030 touche à sa fin, le Sous-Directeur général pour l’éducation, M. Qian Tang, a fait part de son souhait personnel. « Je voudrais voir l’Objectif de développement durable 4 devenir une stratégie nationale concrète et un plan national de développement de l’éducation dans nos États membres, et j’espère que l’UNESCO continuera de jouer son rôle pour les aider à rassembler les partenaires et les parties prenantes, également à l’échelle mondiale et régionale », a-t-il dit.

Les réponses sont venues du monde entier et parmi les thèmes récurrents, on peut citer le besoin d’un meilleur accès à l’éducation, d’enseignants mieux formés et en plus grand nombre et de programmes scolaires qui intègrent le changement climatique, ainsi que l’amélioration du taux d’alphabétisation des femmes.


Voici des extraits de quelques-unes des réponses reçues :

Kellie-Anne Burke, Premières Nations. Un cadre global qui reconnaît toutes les formes d’éducation reçues, peu importe où, dans chaque pays ; l’accès aux enseignements de tous les peuples des Premières Nations, en particulier en ce qui concerne l’environnement ; et enfin, une place à l’école pour chaque enfant réfugié.

Max Liushan, Ukraine. Mon souhait pour l’éducation serait que tous les écoliers sachent lire ! Et un petit souhait pour mon pays, l’Ukraine : l’intégration des méthodes d’éducation non formelles dans le système éducatif national.

Uaita Masina, Samoa …voudrait une bibliothèque dans chaque district scolaire à Samoa.

Nancy Marangu, Kenya. Je voudrais un programme scolaire qui : 1) informe les élèves au Kenya sur les effets du changement climatique et sur les moyens de les atténuer, et 2) encourage le développement des talents dans le cadre d’entreprises génératrices de revenus.

Mike Lutz, États-Unis d’Amérique. Renforcement de l’initiation des élèves aux médias aux États-Unis. Améliorer l’esprit critique dans un monde inondé de nouvelles informations, à la fois vraies et fausses.

Elsa Silva, Portugal. Ce serait un pas en avant si la compassion et le respect de tous devenait partie intégrante des systèmes d’éducation formelle, au niveau de l’organisation ainsi que des matières enseignées.

Abhishek Kumar Singh, Inde. Si nous voulons porter le système éducatif au sommet, nous devons y intégrer les technologies numériques.

Shereen Akther, Bangladesh. Je serais très heureux si le gouvernement prenait l’initiative forte de créer un centre d’apprentissage communautaire dans chaque village… afin de promouvoir l’apprentissage tout au long de la vie pour tous d’ici à 2017.

Ange Gabriel Habimana, Rwanda. Je souhaite que le Rwanda fournisse à tous une éducation permettant d’acquérir des connaissances et des compétences comme c’est le cas aujourd’hui, mais en donnant la possibilité d’appliquer ces compétences après l’école.

Maria Philippi, Grèce. Éducation pour tous : locaux, réfugiés et migrants afin de construire une société de citoyens du monde !

Muchembele Vernon, Australie. Je souhaite que 2017 soit une année qui permette à tous les enfants marginalisés d’avoir accès à une éducation de qualité.

Zarina Qambarova, Tadjikistan. Je souhaite que toutes les filles aient accès à l’éducation, en particulier dans les zones rurales.

Shazia Majeed, Pakistan. L’éducation pour tous sans aucune discrimination.

Eugenie Pierre, Haïti. Je souhaite que l’éducation soit gratuite pour les enfants de la première à la sixième année en Haïti, car je vis dans un pays pauvre, où la plupart des parents n’ont pas de travail.

Maida Khawaja, Pakistan. Le taux d’alphabétisme est plus faible chez les filles que chez les garçons, en particulier dans les régions opprimées comme Dadu, Tharparkar, Kohistan et Rajanpur. Ainsi, pour ne laisser personne sur le bord du chemin et favoriser le progrès, chaque fille devrait aller à l’école d’ici à 2030. Un souhait pour un Pakistan solide et prospère, pour atteindre l’alphabétisation complète pour tous d’ici à 2030.


Merci pour tous vos commentaires. Vous pouvez retrouver toutes les réponses sur la page Facebook de l’UNESCO and join our special LinkedIn Education group.

Décembre 2016