Etats-Unis – « la bataille sur les toilettes » pour les transgenres continue

Les parlementaires de Caroline du Nord, qui devaient voter le mercredi 21 décembre sur l’abrogation d’une loi controversée obligeant les personnes transgenres à utiliser les toilettes correspondant à leur sexe à la naissance, sont ressortis sans accord.

Pas de progrès. En Caroline du Nord, dans le sud-est des Etats-Unis, les parlementaires ont débattu pendant plusieurs heures à huis clos, le mecredi 21 décembre, sur l’abrogation d’une loi controversée obligeant les personnes transgenres à utiliser, dans les bâtiments administratifs et les écoles, les toilettes correspondant à leur sexe à la naissance et non à celui auquel elles s’identifient. En vain, puisqu’en fin de journée, l’Assemblée a finalement reporté la séance extraordinaire sine die.

A l’échelle fédérale, le gouvernement sortant de Barack Obama affirme lui que l’accès aux toilettes du système éducatif public doit se faire selon le sexe auquel un élève s’identifie. Mais l’idée est fermement combattue par plusieurs États républicains, qui dénoncent une intromission de l’administration centrale dans leurs affaires et ont entamé des poursuites en justice. En Caroline du Nord, cette loi avait été introduite en mars et le dossier agite l’Etat depuis lors. La «bataille des toilettes» a d’ailleurs fortement pesé sur les élections locales, qui ont vu le gouverneur républicain sortant, soutenant la loi, s’incliner le 8 novembre devant un démocrate qui l’avait vigoureusement dénoncée.

 Trump tolérant sur le sujet

«J’espère que nous pourrons travailler ensemble pour parvenir à une décision, car nous ne pouvons pas nous permettre le luxe de continuer à être méprisés par le reste du pays», s’est lamenté ce mercredi le sénateur démocrate Floyd McKissick. Concernant une infime minorité mais fortement symbolique, la loi a en effet été jugée discriminatoire par de nombreuses personnalités. Bruce Springsteen, Cindy Lauper ou encore le Cirque du Soleil ont annulé des représentations dans l’État tandis que de grandes institutions sportives, comme la NBA, ont préféré organiser ailleurs leurs rencontres prestigieuses. Le groupe Paypal a lui renoncé à un projet d’investissement et une centaine de dirigeants de grandes entreprises, dont Apple, Bank of America ou Facebook, ont écrit au gouverneur sortant pour protester.

près les élections, démocrates et républicains étaient finalement parvenus à un accord pour voter sur l’abrogation de la loi, en échange de l’annulation d’une norme municipale de la ville de Charlotte, qui luttait au contraire contre les discriminations. Mais la proposition démocrate de l’abroger n’a finalement pas reçu assez de soutiens de la part des républicains, qui ont posé une condition à leur vote : interdire aux municipalités d’approuver des normes anti-discriminatoires similaires à celles de Charlotte, «sur les logements publics ou accès aux toilettes, douches et vestiaires», pendant une «période de réflexion».

Le débat a largement dépassé les frontières de la Caroline du Nord, beaucoup de progressistes estimant aux États-Unis que des mesures de ce type ont été adoptées comme une riposte de la part des conservateurs à la consécration du mariage pour tous par la Cour suprême en 2015. S’il a multiplié les déclarations jugées discriminatoires pendant la campagne contre d’autres minorités, Donald Trump s’est sur ce sujet montré tolérant, en déclarant que les personnes transgenres devraient pouvoir utiliser les toilettes qu’elles veulent. La Cour suprême des États-Unis est entrée dans le débat en octobre, en annonçant qu’elle déciderait dans quels W.-C. doivent aller les personnes transgenres par le biais du dossier d’un adolescent de Virginie. Une nouvelle affaire ultrasensible qui sera plaidée d’ici fin juin.


Copyright Marianne

Décembre 2016