Italie – La maire de Rome Virginia Raggi frappée par une série de scandales

Cernée par des scandales, Virginia Raggi, élue en juin dernier avec plus de 67% de voix, risque son fauteuil. Une partie du mouvement 5 étoiles réclame sa démission pour éviter des répercussions au niveau national à quelques mois des législatives anticipées.

Virginia Raggi, la première femme maire de Rome et membre du Mouvement 5 étoiles (M5s), vient de vivre sa plus folle semaine depuis son arrivée aux commandes de la cité éternelle.

Dans la nuit de lundi à mardi dernier, la conseillère municipale déléguée à l’environnement Paola Muraro a été mise en examen pour délits environnementaux.

Puis mercredi matin, autre coup dur : la police a perquisitionné la mairie et saisi les dossiers concernant certaines nominations effectuées par Virginia Raggi.

Ce deuxième volet judiciaire concerne un éventuel trafic d’influence.

Un autre proche de l’édile ayant démissionné l’été dernier avant d’être réengagé avec une augmentation de salaire de 150%. Enfin, vendredi à l’aube, Raffaele Marra, chef du personnel de la mairie et éminence grise de Virginia Raggi, a été arrêté pour corruption dans une affaire immobilière.

Chargé de la politique du logement sous l’ancien maire de droite Gianni Alemanno – impliqué dans le vaste scandale de corruption qui a secoué l’Italie en 2014 -, Raffaele Marra est accusé d’avoir reçu un pot-de-vin de 367.000€. Selon les magistrats, il a favorisé un entrepreneur immobilier également arrêté vendredi matin, dans le rachat d’un immeuble appartenant à l’Enasarco, la caisse maladie et vieillesse des agents commerciaux.

Le choc est rude pour Virginia Raggi, dont les bureaux ont à nouveau été perquisitionnés par la police à la veille du week-end. Mais il l’est encore plus pour le M5s, qui est déjà dans les starting-blocks pour remporter les élections législatives. Après la démission de Matteo Renzi, cette tournée pourrait avoir lieu au printemps prochain et non plus à la fin de la législature en 2018.
Au sein du M5s, qui a fait de l’honnêteté son principal slogan pour combattre ses adversaires qu’il qualifie de véreux toutes tendances confondues, le malaise est palpable. D’autant que selon une rumeur, les magistrats pourraient aussi mettre l’édile en examen…

Dilemme pour Grillo

Alors que faire ? Sacrifier Virginia Raggi et perdre Rome ou la placer sous tutelle afin de garder les commandes d’un paquebot important dans la course au pouvoir suprême? Un dilemme quasi shakespearien pour Beppe Grillo, comique et fondateur du mouvement. Tandis que les prises de distance vis-à-vis de Virginia Raggi se multiplient, le trublion laisse entendre qu’il pourrait choisir la solution du compromis, tel le roi Salomon. L’idée serait de proposer à la maire de « s’auto-suspendre » comme vient de le faire Giuseppe Sala, l’édile démocrate de Milan, soupçonné d’avoir joué un rôle dans un appel d’offres truqué dans le cadre de l’Exposition universelle de Milan de 2015.

Après l’arrestation de son bras-droit, l’ex-étoile montante du M5s a tenté la carte du mea culpa en s’excusant publiquement auprès des Romains et de son parti. « Notre confiance a été trompée, je suis désolée », a t-elle dit. Des mots  insuffisants, le temps des excuses étant révolu pour une bonne partie des représentants du mouvement et de ses sympathisants.


Copyright Marianne

Décembre 2016