Louisa May Alcott, auteure de « Les quatre filles du docteur March » mise à l’honneur par Google

La romancière américaine née en 1832 en Pennsylvanie, aurait eu 184 ans le 29 novembre. À l’occasion de cet anniversaire, le moteur de recherche Google a créé un doodle rendant hommage à l’œuvre littéraire de celle qui a lutté avec ferveur contre l’esclavagisme.

Elle fut la comtesse de Ségur des petites américaines du XIXe siècle. La célèbre romancière Louisa May Alcott a bercé l’enfance de toute une génération avec son tableau d’une famille nordiste durant la guerre de Sécession dans Les quatre filles du docteur March.

Le 29 novembre 2016, le moteur de recherche Google lui rend hommage et revient sur la vie et l’œuvre militante d’une féministe abolitionniste.Louisa May Alcott est la fille de Bronson Alcott, philosophe transcendantaliste, et d’une mère travailleuse sociale. Elle a déménagé avec sa famille à l’âge de deux ans à Boston et a grandi dans un milieu littéraire. Elle a notamment côtoyé Hanry David Thoreau et Ralph Waldo Emerson, philosophes eux aussi ainsi que l’écrivain Nathaniel Hawthorne.

L’écriture comme exutoire.

Deuxième d’une fratrie de quatre filles, Louisa May Alcott se réfugie très tôt dans les mots (elle rédige son premier roman Fables de fleurs à 16 ans poussée par son précepteur et poète Henry David Thoreau) afin de s’absoudre d’un quotidien trop étouffant, marqué par l’éducation rigoriste d’un père parfois violent et la pauvreté du giron familial qui l’oblige à enchaîner les petits boulots.

Tour à tour gouvernante, aide domestique et infirmière durant la Guerre de Sécession, la jeune auteur trouve finalement sa voie dans la lutte contre l’esclavagisme et pour la cause de l’émancipation des femmes. Un combat qui innervera fondamentalement son œuvre littéraire. Publié en 1864, son premier roman s’inspirera de sa pensée et de ses aventures.

Roman d’apprentissage

En 1868, alors qu’elle prend la tête d’un journal destiné aux enfants, l’écrivain décide de rédiger un roman à l’intention de son lectorat et plus précisément des jeunes filles. Ainsi est créé: Les Quatre Filles du docteur March.

Un livre au confluent du roman d’apprentissage et du conte moraliste dressant une peinture inestimable de la vie américaine au XIXe siècle. L’auteur narre ainsi le quotidien d’une famille sans le sou tentant par tous les moyens de remédier à sa misère au prisme de liens sentimentaux extrêmement forts et d’expériences déterminantes.

Une histoire en partie autobiographique puisque Louisa May Alcott s’est inspirée de son entourage pour construire les personnages. On la retrouve elle-même dans l’histoire sous les traits de Jo.

Si cette fille March a tendance à être impulsive, elle n’en est pas moins très courageuse et généreuse. Jo a par ailleurs du mal à comprendre pourquoi, étant une femme, elle ne peut pas participer à la guerre. Une pensée féministe qui permet encore de rapprocher le personnage de Louisa May Alcott. L’auteure était en effet engagée dans plusieurs combats tels que l’abolition de l’esclavage et l’émancipation des femmes. Elle a notamment milité avec le mouvement des suffragettes et a été la première femme à voter dans la ville de Concord, dans le Massachusetts.

Louisa May Alcott a écrit une trentaine de recueils pour adultes et enfants. Son œuvre littéraire sera régulièrement portée au grand écran. La plus belle d’entre elles reste sûrement celle de Mervyn LeRoy. Un long-métrage tourné en 1949 qui voit notamment jouer Elizabeth Taylor dans le rôle de Amy March, la cadette des sœurs de la famille March, qui aspire à devenir une célèbre artiste.

Durant son service, Louisa May Alcott a contracté la fièvre typhoïde qui lui vaudra par la suite de souffrir de nombreux problèmes de santé. Elle est morte à l’âge de 55 ans à Boston seulement deux jours après le décès de son père.


Revue de presse

Décembre 2016