Soudan du Sud – hausse du recrutement d’enfants par des groupes armés

Trois ans après le début de la guerre civile au Soudan du Sud, les enfants continuent d’être recrutés par les forces armées et les groupes armés, a dénoncé jeudi le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF).

Environ 1.300 enfants ont été recrutés en 2016, ce qui porte à plus de 17.000 le nombre d’enfants utilisés par des groupes armés depuis 2013.

« Depuis le premier jour de ce conflit, les enfants ont été les plus affectés par les violations » des droits humains, a déclaré la Directrice régionale de l’UNICEF pour l’Afrique orientale et australe, Leila Gharagozloo-Pakkala, dans un communiqué de presse.

« Maintenant, alors que les combats s’intensifient – et malgré les promesses répétées de tous de mettre fin au recrutement des enfants – les enfants sont à nouveau visés », a-t-elle ajouté.

Depuis novembre, au moins 50 enfants ont été enlevés et recrutés dans la région du Haut-Nil supérieur, et des informations non vérifiées font état de 50 autres enfants recrutés dans la région du Grand Bahr el Ghazal. L’ONU a également reçu des informations faisant état de graves violations des droits de l’enfant commises dans la région de l’Équateur. Cependant, en raison de l’insécurité élevée et de l’accès restreint, il n’a pas été possible de vérifier ces informations, a précisé l’UNICEF.

Au total, 1.932 enfants ont été libérés par les forces armées et les groupes armés – 1.755 en 2015 et 177 cette année, a précisé l’agence onusienne.

Les deux plus importantes parties au conflit – l’APLS (Armée populaire de libération du Soudan) et l’APLS dans l’opposition – ont signé des accords avec les Nations Unies pour mettre fin et empêcher le recrutement et l’utilisation d’enfants.

Selon l’UNICEF, depuis le début du conflit, les violations des droits de l’enfant sont répandues. Depuis 2013, 2.342 enfants ont été tués ou mutilés; 3.090 enfants ont été enlevés, 1.130 enfants ont été agressés sexuellement.

L’insécurité actuelle, combinée à une crise économique qui a poussé l’inflation au-dessus de 800%, a également créé une insécurité alimentaire généralisée, avec des niveaux très élevés de malnutrition chez les enfants dans la plupart des régions du pays.

Jusqu’à présent cette année, l’UNICEF et ses partenaires ont traité 184.000 enfants pour malnutrition sévère, soit un chiffre supérieur de 50% par rapport à l’an dernier et une hausse de 135% par rapport à 2014.


Copyright UNICEF

Décembre 2016