France – Anissa Meksen, une championne mondiale de boxe dans les Hauts-de-Seine

Laureen Genthon  » En tant qu’élue départementale des Hauts-de-Seine (92), je suis allée à la rencontre d’une multiple championne mondiale de boxe de mon département : Anissa Meksen. Cette jeune femme de 28 ans s’entraîne sans relâche dans son club, l’Olympique Garennois Boxe (Team OGB). »
Entourée de son entraîneur et manager Benoît Mateu, Anissa Meksen fait preuve d’une persévérance admirable assortie d’une grande humilité, clés d’un parcours couronné de succès. En effet, elle est à ce jour 11 fois championne mondiale, 5 fois championne d’Europe et 11 fois championne de France.
Très peu médiatisée, elle ne démérite pas et réussit, malgré les multiples barrières qui se dressent devant elle, à se faire une place dans le monde très masculin de la boxe. De victoires en victoires, Anissa Meksen fait la parfaite démonstration que les femmes ont toute leur place dans ce sport. En 2016, nous pouvons nous réjouir que de grandes athlètes comme Anissa voient le jour et je souhaite qu’elles se multiplient.
Anissa Meksen aura fait démentir plus d’un commentateur aigri sur la boxe féminine et sur le rôle que les femmes ont à jouer dans le sport en général. Dans les années 1920, un certain Pierre de Coubertin pensait alors que le rôle des femmes dans le sport « devrait être surtout de couronner les vainqueurs », considérant que « les olympiades femelles [étaient] inintéressantes, inesthétiques et incorrectes. » Presque 100 ans après, certains le pensent encore. Mais l’histoire a décidé de leur donner tort et je suis heureuse de voir qu’aujourd’hui Anissa Meksen et tant d’autres contredisent ces observateurs dépassés.
Je souhaite à travers ce court texte saluer sa combativité, son abnégation et sa détermination ainsi que l’équipe qui l’entoure. Elle est le symbole de toute une génération de jeunes femmes résolument déterminées à réussir, qu’importe les préjugés et à dépasser les limites qui leur sont imposées. Elle est à bien des égards un exemple de réussite pour de nombreuses jeunes filles que j’encourage à s’investir dans toutes leurs passions, au sport, au travail, dans la création.

Copyright l’Humanité par Laureen Genthon.

Décembre 2016