Pays-Bas – l’Académie des Sciences donne un coup de pouce aux femmes

Donner davantage de visibilité aux femmes dans la science, éternel défi. Aux Pays-Bas, l’Académie Royale des Arts et des Sciences, la KNAW, entend le relever et « contribuer à une meilleure représentation des femmes aux postes clés de la science. »

jose-van-dijck-pr-knawPour cela, en plus des élections annuelles de nouveaux membres, deux tours supplémentaires seront organisés en 2017, avec 16 places réservées « aux meilleures femmes scientifiques », a annoncé l’Académie. Une première pour l’institution, présidée depuis mai 2015 par une femme, José van Dijck.

Cette décision a été motivée par un centenaire tout particulier pour les femmes scientifiques du pays. En effet, le 10 février 1917, Johanna Westerdijk prononçait son discours inaugural à l’université d’Utercht, devenant la première femme professeure d’université aux Pays-Bas.

La KNAW compte actuellement 556 membres nommé.e.s à vie, dont 13% sont des femmes. Signe d’une lente féminisation, le pourcentage s’élève à 24% chez les membres de moins de 65 ans, note l’Académie. Qui espère, avec ces nominations supplémentaires réservées à des femmes en 2017, « un effet d’entraînement : augmenter le nombre de femmes membres permettra plus facilement de remarquer et de nommer à l’avenir d’éminentes chercheuses ».

En France, pas de quota à l’Académie des Sciences

En France, l’équivalent (et aînée) de la KNAW est l’Académie des Sciences – Institut de France, qui fête cette année ses 350 ans. Elle compte 28 femmes sur 258 membres, soit 11% : un peu moins que son alter-ego néerlandais. Interrogée par Les Nouvelles NEWS, l’Académie des Sciences admet que cette faible proportion est « une ombre au tableau ». Mais n’envisage « pas d’initiative semblable à celle de la KNAW ».

L’institution précise : « Le consensus à l’Académie des sciences est que le nombre de femmes académiciennes ne peut pas être le résultat d’un quota, mais seulement le résultat d’une reconnaissance de la valeur de leurs travaux de recherche. » En décembre 2013, 7 femmes figuraient parmi les 17 nouveaux membres élus. Parmi elles, la mathématicienne Laure Saint-Raymond, alors âgée de 38 ans, est la benjamine de l’Académie. Laquelle compte deux femmes Secrétaires perpétuels (au masculin), Catherine Bréchignac et Pascale Cossart.


Copyright les nouvelles news

logo-1-ff-blanc

Novembre 2016