Le Maroc en campagne pour les accessibilités des personnes à mobilité réduite

Maroc – Le ministère de la Solidarité, de la femme, de la famille et du développement social a lancé, hier à Rabat, une campagne nationale de sensibilisation aux accessibilités au profit des personnes à mobilité réduite. Placée sous le signe «Les accessibilités facilitent la vie», cette initiative inédite, qui se poursuivra jusqu’au 3 décembre, vise à mobiliser les citoyens ainsi que tous les acteurs concernés (collectivités locales, autorités publiques, tissu associatif…) pour adhérer au programme d’accessibilité.

bassima-hakkaouiAu menu de cette campagne, la diffusion de spots TV et radio de sensibilisation, l’affichage de grands panneaux dans plusieurs villes ainsi que l’organisation de rencontres régionales du pôle social pour attirer l’attention des acteurs locaux (autorités publiques, collectivités territoriales, services décentralisés, tissu associatif et secteur privé) sur l’importance de la prise en compte du volet de l’accessibilité, aussi bien lors de la conception de projets immobiliers que lors de la mise en place des réseaux de transport urbain.

En effet, bien que le Maroc ait connu ces dernières années une évolution considérable en matière d’infrastructures liées aux domaines d’urbanisme, d’architecture et de transport, force est de constater que ces avancées n’ont pas été accompagnées d’une politique propre à répondre aux besoins différenciés des personnes en situation de handicap, notamment dans l’aspect relatif aux accessibilités, que ce soit au niveau des espaces et bâtiments ouverts au public, ou au sein des transports publics et en matière de communication. Selon Bassima Hakkaoui, ministre de la Solidarité, de la femme et de la famille, qui s’exprimait lundi lors de la cérémonie de lancement de la campagne, le Maroc s’est engagé pourtant depuis plusieurs années dans l’intégration de l’aspect de l’accessibilité dans les différentes politiques publiques. Ainsi, le Royaume a adopté en 2003 une loi (10.03) relative aux accessibilités, un texte resté lettre morte en l’absence de 5 décisions organiques fixant les modalités de la mise en œuvre de l’accessibilité ainsi que d’un décret d’application qui n’a été promulgué qu’en 2011. Conscient du retard cumulé dans la mise en œuvre des accessibilités, le ministère a mis en place en 2012 un programme national d’amélioration des déplacements urbains. Ce programme, qui a bénéficié d’un appui financier de la part du gouvernement japonais de l’ordre de 3 millions de dollars,administré par la Banque mondiale, a permis de réaliser plusieurs actions dans ce domaine.

En effet, selon le représentant de la Banque mondiale au Maroc, Michael Hamaide, ce programme a contribué à la mise en place d’accessibilités importantes dans la ville pilote de Marrakech qui peut désormais se targuer de disposer d’accessibilités architecturales et urbanistiques dans les principales voiries (17 km au total), notamment l’Avenue Mohammed VI, celle de Hassan Ier ou encore celle de Moulay Rachid, outre l’aménagement d’accessibilités au niveau des espaces ouverts au public comme les administrations (la wilaya, le Conseil régional…). Ce plan d’action a également permis de renforcer les capacités des acteurs intervenant dans le domaine du cadre bâti. Ces derniers (ils sont 300 cadres au total) ont bénéficié de 10 sessions de formation. «Ces différentes mesures ont pu profiter à près de 50.000 citoyens selon les estimations de la Banque mondiale», souligne M. Hamaide.

Un progrès louable, selon la ministre de Solidarité, mais qui reste insuffisant en l’absence de l’implication de tous les acteurs concernés. Aussi, et outre l’adhésion de tous les partenaires, la ministre souligne la nécessité d’adopter une approche globale et intégrée qui associe le développement du cadre juridique à la mise en place des critères techniques et au renforcement des capacités des acteurs intervenant dans ce secteur.


Copyright Matin.ma

logo-1-ff-blanc

Novembre 2016