Ouverture de la 20ème semaine de l’emploi des personnes handicapées

La 20e semaine de l’emploi des personnes handicapées s’ouvre ce lundi. Le monde du travail est encore le lieu d’importantes discriminations, et là aussi, les femmes en sont davantage victimes que les hommes, selon un rapport. Elles manquent de modèles de réussite reconnus, mais aussi de statistiques genres.

emploi-femme-handicapLes femmes handicapées subissent des discriminations plus importantes que les hommes dans le monde du travail, relève le Défenseur des droits Jacques Toubon dans un rapport, publié à l’occasion de la 20e Semaine de l’emploi des personnes handicapées.

Les femmes handicapées « font face à des inégalités et des difficultés renforcées en matière de trajectoires professionnelles, d’accès à l’emploi et concernant leurs conditions de travail », écrit-t-il dans ce rapport intitulé L’emploi des femmes en situation de handicap.

Peu de modèles de réussite reconnus

Elles rencontrent des difficultés et des discriminations dans l’emploi et leur carrière « parce qu’elles sont femmes, parce qu’elles sont handicapées », mais elles sont également confrontées à « des inégalités et discriminations spécifiques combinant genre et handicap ».

Globalement, « peu de femmes handicapées représentent des modèles de réussite reconnus », souligne le rapport. Elles « semblent totalement absentes de nombreuses sphères de la société (où les hommes handicapés sont eux-mêmes rares) sans que cela constitue un enjeu : médias, politique, monde des affaires, arts etc ».

Or, l’absence de modèle positif alimente « les phénomènes d’autocensure ».

1 % de femmes cadres

Chez les cadres aussi, il y a un écart sensible. Si 10% des hommes reconnus handicapés sont cadres (contre 21% des hommes en général), il n’y a que 1% de femmes cadres (14% de l’ensemble des femmes en emploi).

« L’augmentation des femmes dans les catégories socioprofessionnelles inférieures (ouvrières) et leur surexposition aux maladies professionnelles peut accentuer ces freins dans les carrières des femmes handicapées », estime le Défenseur des droits.

Il met également en avant « une carence » en matière de statistiques sur les personnes en situation de handicap, « et plus particulièrement un défaut de données genrées ».

Le rapport émet 12 recommandations, dont l’harmonisation de la définition du handicap au sein des différentes études ; la systématisation de la prise en compte du sexe dans l’élaboration des statistiques ; la promotion de modèle de réussite de femmes en situation de handicap.

Copyright Ouest France

logo-1-ff-blanc

Novembre 2016