Pologne – Le squelette d’une femme géante découvert par des archéologues

Pologne – En effectuant des fouilles sur l’île Ostrow Lednicki située dans la partie sud du lac Lednica en Pologne, des archéologues ont fait une très étrange découverte. Ils ont en déterré le squelette d’une femme géante, une femme mesurant plus de deux mètres de haut. L’île a été pendant longtemps habitée et elle a même abrité un village fortifié pendant plusieurs siècles.Construite au Moyen-Âge, l’île n’a cependant pas résisté aux affres du temps et il n’en reste plus que des ruines.

Fascinés par l’histoire de ce village, de nombreux archéologues se sont rendus sur place au fil de ces dernières années afin d’effectuer des fouilles. Ils ont notamment découvert des ruines appartenant à une chapelle, à une église et même à un palais, considéré par beaucoup de spécialistes comme la demeure de l’un des premiers rois de la Dynastie Piast.

Cette dynastie fait référence à la lignée qui a régné sur la Pologne depuis les fondements de l’état. Contrairement à de nombreuses lignées, elle a conservé le pouvoir pendant longtemps et elle a ainsi gardé la mainmise sur le territoire jusqu’à la fin du 14e siècle.

Ostrow Lednicki est donc un haut lieu de l’histoire polonaise et c’est précisément pour cette raison que le site a été classé dans les monuments historiques de la Pologne dans le milieu des années 90.

geanteUne équipe constituée de plusieurs archéologues expérimentés s’est donc rendue sur place afin d’effectuer de nouvelles fouilles. En creusant à proximité du site de l’ancienne église de l’île, ils ont trouvé un squelette étonnamment imposant, un squelette mesurant un peu plus de deux mètres de haut et datant du 12 ou du 14e siècle.

Surpris par la découverte, ils ont effectué des analyses poussées et ils ont fini par se rendre compte que ce squelette était en réalité la dépouille d’une femme.

 

Un crâne immense, le plus gros jamais déterré par les archéologues

Mais ce n’est pas le plus surprenant, car ce squelette a aussi une autre particularité intéressante : il s’accompagne d’un crâne immense, le plus grand jamais déterré par les chercheurs.

D’après eux, la femme a qui appartenait ce crâne souffrant d’acromégalie et donc d’un trouble hormonal provoquant une augmentation anormale de la taille des os et une déformation du visage.

Cette maladie existe encore à notre époque, mais plusieurs traitements sont apparus au fil des siècles.

Ces traitements n’existaient bien évidemment pas à cette époque. Les archéologues pensent ainsi que la femme a énormément souffert durant sa vie. Sa colonne vertébrale montrait en effet des signes de maladies dégénératives et les chercheurs ont en plus trouvé de nombreuses fractures au niveau des os.

Ils ont aussi été troublés par un autre détail. Toutes les autres dépouilles retrouvées sur le site avaient la tête orientée vers l’ouest, à l’exception de celle de cette femme. Les personnes qui l’ont enterré ont en effet tourné sa tête vers l’est. Madga Matczack, une des chercheuses qui a travaillé sur ce squelette, pense que sa dépouille a été placée de cette façon parce qu’elle appartenait à une couche sociale inférieure et qu’elle était considérée comme un monstre.


Copyright FredZone

logo-1-ff-blanc

Novembre 2016