Si Clinton gagne, un tiers du PIB mondial sera dans les mains des femmes

Les pays dirigés par des femmes représenteraient 36% de la richesse mondiale si la candidate démocrate remportait la présidentielle du 8 novembre prochain. Le PIB par habitant serait quatre fois plus élevé dans des pays gérés par des femmes que par des hommes.

« Who run the world? Girls! » (« qui dirige le monde? Les filles »), chantait Beyoncé en 2010. Si la diva du Rn’B américain grossissait franchement le trait, il est clair que la gent féminine dirige de plus en plus de pays. L’Allemagne, le Royaume-Uni et la Corée du Sud, respectivement 4e, 5e et 11e puissances économiques, ont ainsi une femme à la tête de leur exécutif.

who-run-the-world-girls  

 

Et une grande première pourrait bien arriver mardi 8 novembre. Si la candidate démocrate Hillary Clinton remporte son duel face à son rival républicain Donald Trump, un grand plafond de verre se briserait puisque les États-Unis, première puissance économique au monde, seraient désormais dirigés par une femme.

Si ce scénario se réalise, les femmes auraient ainsi « dans leurs mains » plus d’un tiers du PIB mondial (36%), soit dans le détail 26.400 milliards de dollars, selon nos calculs basés sur les chiffres de la Banque mondiale (2015). Les pays dirigés par des femmes regrouperaient alors 748 millions de personnes.


bip

La moitié de la richesse des pays développés

Du coup, le PIB par habitant serait de 35.284 dollars dans les États où les femmes ont le pouvoir. Soit 4,5 fois plus que pour les pays dirigés par les hommes (7.338 dollars par personne).

bip-habitant

Rien de bien illogique en fait. Les pays où les femmes ont le pouvoir ne représentent qu’une poignée (une petite quinzaine) sur plus de 170 États. Or la majorité d’entre eux sont des pays développés, selon la Banque mondiale, qui considère comme tel un État dont le revenu brut par habitant dépasse les 12.476 dollars par an. 7 pays développés (Allemagne, Royaume-Uni, Malte, Lituanie, Corée du Sud, Chili et les États-Unis, donc, si Clinton gagne) seraient ainsi gérés par des femmes.

Du coup, les états dirigés par des femmes représenteraient 36% du PIB de la richesse mondiale mais surtout 57% du PIB de l’ensemble des pays développés (46.985 milliards de dollars). En Afrique, un seul pays (le Libéria) est dirigé par une femme, en l’occurrence la présidente Ellen Johnson Sirleaf.

Un leadership avec des différences

Faut-il pour autant penser que les femmes sont de meilleures gérantes que les hommes? Ce serait aller un peu vite en besogne. Une étude publiée en 2014 dans le Journal of applied psychology et portant sur la période 1962-2011, montrait qu’en terme de leadership, aucun des deux sexes n’est globalement considéré comme étant réellement plus efficace. Avec une nuance intéressante toutefois. Les hommes ont ainsi tendance à se considérer comme plus performants. Quand on demande en revanche à d’autres personnes (des employés, des collègues ou des tiers) les femmes sont considérées comme plus efficaces.

Néanmoins, dans un article publié en 2007 dans la Harvard Business Review, les chercheuses Alice Eagly et Linda  L Carli,  affirmaient, en citant une « meta-analyse » portant sur 45 études, que le style de management des femmes était plus efficace. Ou plus exactement que « leurs approches sont généralement plus efficaces ». Notamment parce qu’elles « adoptent une attitude plus participative et collaborative » et qu’elles ont tendance à chercher davantage à motiver leurs troupes.


Copyright BFMTV

logo-1-ff-blanc

Novembre 2016