Seule en campagne, Melania Trump cherche à séduire les femmes

Etat Unis – Melania Trump a profité de sa première réunion publique sans son époux Donald Trump, jeudi en Pennsylvanie, pour tenter de rallier les femmes, dont beaucoup ont tourné le dos au candidat républicain.

melania_trumpA cinq jours du scrutin présidentiel, l’ancienne mannequin d’origine slovène a pris la route et s’est rendue à Berwyn, en Pennsylvanie, un Etat décisif électoralement, où elle a été accueillie par environ un millier de personnes.

La dernière allocution publique de l’ancienne mannequin d’origine slovène remontait à la convention républicaine, mi-juillet. Elle avait été critiquée à l’époque pour avoir plagié des passages entiers d’un discours de la Première dame, Michelle Obama, datant de 2008.

Accompagnée de Karen Pence, la femme du colistier de Donald Trump, elle a cette fois évité les envolées pour s’en tenir à un discours simple et direct, résolument tourné vers les femmes et les mères de famille en particulier.

Se présentant comme une femme « indépendante », Melania Trump a assuré que son époux « (respectait) les femmes et leur (offrait) les mêmes opportunités » qu’aux hommes. Le discours venait en contrepoint des déboires qu’a récemment rencontrés Donald Trump et qui ont dégradé son image auprès des femmes, déjà mauvaise.

Le Washington Post a rendu public, début octobre, un enregistrement sonore datant de 2005, sur lequel il se vantait de toutes les audaces avec les femmes, sans leur consentement. La révélation de ce document a incité plus de dix femmes à accuser publiquement le candidat républicain de comportements déplacés envers elles, certains constitutifs, si corroborés, d’une agression sexuelle. Lors du troisième et dernier débat présidentiel, fin octobre, le candidat républicain a nié les faits et affirmé que ces accusations avaient été « largement démenties ».

Evoquant ses ambitions de Première dame, Melania Trump a affirmé qu’elle serait « un défenseur des femmes et des enfants ». Globalement, elle a tenu un discours beaucoup plus apaisé et fédérateur que son mari, devant un public plus calme que lors des réunions publiques de Donald Trump. « Nous devons nous traiter les uns les autres avec respect et gentillesse, même quand nous ne sommes pas d’accord », a-t-elle exhorté, avant de quitter les lieux, après une allocution de moins de vingt minutes.


Copyright l’Orient le jour avec AFP

logo-1-ff-blanc

Novembre 2016