Barack Obama mobilisé à 100 % pour garantir la victoire d’Hillary Clinton

Etats Unis – Clinton n’est pas certaine d’obtenir les 270 délégués requis pour gagner. Barack Obama sur tous les fronts pour mobiliser les jeunes et les noirs.
barack-obamaQui fait la course à la Maison Blanche ? A voir l’énergie déployée par Barack et Michelle Obama ces derniers jours, on en viendrait presque à se demander si le président des Etats-Unis ne convoite pas un troisième mandat. A deux mois de sa retraite politique, il n’est certainement pas mécontent d’être appelé ainsi en renfort pour galvaniser les jeunes et les minorités -étant considéré comme l’une des meilleures bêtes de scène de la politique américaine.

Après avoir sillonné la Caroline du Nord et la Floride la semaine dernière, le voilà encore annoncé ce lundi soir pour un meeting géant à Philadelphie, aux côtés du couple Clinton et de son épouse.Il y a encore quelques semaines, la Pennsylvanie n’était pourtant pas considérée comme une terre menacée par la droite. Mais l’écart entre Hillary Clinton et Donald Trump s’est dangereusement resserré : il ne dépasse plus 2,5  % désormais.

Un écart qui oscille constamment

Si la victoire d’Hillary Clinton reste hautement probable, elle n’est pas certaine pour autant. Depuis vendredi, la chaîne CNN estime que la candidate n’est plus assurée d’obtenir les 270 délégués nécessaires à son élection. Elle n’aurait que 268 voix garanties à ce stade, ayant perdu tout espoir de remporter l’Ohio. Donald Trump, de son côté, serait certain d’obtenir au moins 204 voix. C’est donc autour des 66 grands électeurs restants, répartis dans six Etats différents (Arizona, Floride, Nevada, New Hampshire, Caroline du nord et Nebraska) que se joue cette fin de campagne. L’écart qui sépare les deux candidats dans ces six Etats oscille constamment, donnant l’avantage à l’un ou à l’autre selon les jours. Il ne dépasse jamais 2 points, soit moins que la marge d’erreur que s’accordent les sondeurs.

Le « New York Times » maintient à 84 % les chances de Clinton

Les prédictions de CNN ne sont toutefois pas si alarmistes pour le camp démocrate. Elles laissent penser qu’Hillary Clinton a besoin de seulement deux délégués supplémentaires pour obtenir la victoire, en plus des 268 déjà acquis. Il lui suffit donc de remporter l’un des six Etats indécis pour gagner. L’équation est autrement plus difficile pour Donald Trump qui, compte tenu du peu de délégués qui lui sont garantis à ce stade (204), ne peut pas se permettre de perdre un seul de ces Etats. On comprend donc pourquoi le « New York Times » maintient à 84 % les chances d’Hillary Clinton de gagner mardi.

Le week-end qui s’achève l’a d’ailleurs plutôt rassurée : des files d’attente de plusieurs centaines de mètres ont été observées dans les bastions hispaniques de Floride et de l’Arizona, prouvant que les latinos étaient beaucoup plus mobilisés qu’en 2012 et votaient massivement par anticipation. « Le mérite n’en revient pas à Hillary Clinton mais à Donald Trump qui s’est mis à dos toutes les minorités », fulmine le conseiller républicain Karl Rove.


Copyright les échos

logo-1-ff-blanc

Novembre 2016