Exclusif : travail des femmes en milieu rural et leur accès à la protection sociale

femmes-tunisieDepuis l’indépendance, les droits des Femmes ont ainsi connu en Tunisie une avancée remarquable, avec le Code du statut personnel, l’émancipation dans plusieurs domaines qu’ils soient social, économique, culturel ou encore politique. Mais les discriminations de genre existent encore aujourd’hui!

De ce fait, les femmes sont les plus touchées par le chômage, l’inaccès à la couverture sociale, contrairement aux hommes. Cela dit, ce déséquilibre des genres est d’autant plus marqué dans le milieu rural. Sur le thème “Travail des Femmes en milieu rural et leur accès à la protection sociale”, une étude a été produite dans le cadre du Programme régional conjoint de la Commission Européenne et de l’ONU Femmes pour la région du sud de la Méditerranée qualifiée d’«un bond en avant pour les femmes» puisqu’un programme a été mis en œuvre avec un financement de l’Union Européenne.

La Femme tunisienne est incontestablement le pilier de la société tunisienne. Elle assure à la fois la prise en charge de ses parents, grands-parents, l’éducation de ses enfants, elle subvient aux besoins économiques de sa famille. Selon une étude réalisée en 2011, de  l’Institut national des statistiques (INS), le taux de ruralisation des femmes en Tunisie est estimé à environ 32%. Cela signifie qu’une femme sur trois vit dans les campagnes en Tunisie. Restée dans l’ombre, la femme rurale représente pourtant une partie importante de la société tunisienne moderne, mais l’obstacle majeur demeure l’accès à l’emploi.

Par ailleurs, un récent rapport du Bureau pour l’Afrique du Nord de l’UNECA (Commission Economique pour l’Afrique) a pointé du doigt  l’absence d’une  stratégie claire pour l’amélioration des conditions des femmes rurales, mais aussi l’absence d’infrastructures adéquates.

Être mieux équipées à l’avenir, avoir accès aux besoins essentiels du quotidien, aux opportunités d’emploi et aux écoles pour leurs enfants, voilà ce qu’elles réclament haut et fort. Les femmes des zones rurales sont les plus touchées par la pauvreté, la précarité du travail informel et le manque d’implication dans les décisions de la communauté. La sphère politique est préoccupée aujourd’hui par la réforme du système de sécurité sociale.  Il revient donc aux organisations professionnelles (UGTT, UTICA et UTAP) ainsi qu’au tissu associatif de remettre sur le tapis des discussions la question de la femme rurale, afin de trouver les bonnes solutions aptes à assurer une vie meilleure pour ces femmes. 


Copyright Nadia DEJOUI – l’économiste maghrebin

logo-1-ff-blanc

Octobre 2016