Daech: des pilules contraceptives pour les esclaves sexuelles

femme-yedeziLes combattants de l’EI forcent leurs nombreuses esclaves sexuelles à prendre des pilules contraceptives afin de contourner une règle de la charia (loi islamique) interdisant aux femmes en captivité de tomber enceintes.

The New York Times, Daech interdit la vente d’esclaves enceintes introduite au Moyen-Age, une règle destinée à établir sans aucun doute l’identité du père de tout enfant. Les membres de Daech exploitent les femmes et les jeunes filles yézidies capturées il y a deux ans. Pour pouvoir continuer leur sordide commerce d’esclaves sexuelles, les djihadistes imposent agressivement des contraceptifs à leurs victimes afin de continuer sans gêne l’abus des femmes, en les passant de l’un à l’autre, indique le journal. Selon une femme yézidie de 16 ans ayant réussi à prendre la fuite avec 37 autres esclaves sexuelles, les djihadistes utilisent des contraceptifs oraux et injectables pour prévenir la grossesse indésirable des femmes.

« Chaque jour, je devais prendre une pilule sous ses yeux. Il m’a donné une boîte par mois, quand les pilules prenaient fin, il en apportait une autre. Quand un homme m’a revendue à un autre, la boîte de pilules a été transmise avec moi », explique-t-elle. Pendant son esclavage, la jeune fille a été vendue à sept reprises, et chaque fois ses nouveaux « maîtres » s’assuraient auprès des vendeurs qu’elle prenait bel et bien un contraceptif.

Le frère d’une esclave sexuelle Abdal Ali a déclaré que sa sœur était au deuxième trimestre de grossesse au moment de sa capture. Mais un terroriste souhaitait tellement en faire son esclave qu’il l’a forcée de prendre des pilules afin de provoquer une fausse couche. « Ils voulaient se débarrasser de l’enfant pour utiliser la femme », précise Ali. L’utilisation des contraceptifs confirment un fait enregistré par les médecins: bien que plus de 700 Yézidies aient été violées, seules 5% d’entre sont tombées enceintes lors de leur esclavage.


Copyright Sputnik

logo-1-ff-blanc

Octobre 2016