Mali : Sommet France-Afrique : Les femmes se préparent activement

Les organisations féminines sont décidées à saisir les opportunités dans le domaine de l’agrobusiness lors du Sommet-Afrique France prévu à Bamako, en janvier prochain, cela, sur un marché du travail marqué par une très forte ségrégation fondée sur le genre et où les femmes ont tendance à travailler comme auto-entrepreneures dans le secteur informel plutôt que de gagner un revenu régulier dans le secteur formel.

En prélude au Forum « genre et développement » qui se tiendra du 15 au 17 novembre prochain et au Sommet Afrique-France, le Comité national d’organisation du Sommet France-Afrique (CNOSAF), en partenariat avec les organisations féminines, a organisé hier un atelier régional sur le thème : « l’Entreprenariat féminin dans le domaine de l’agro business, clé de l’émergence de l’Afrique ».

aminata-maiga-maliPlacé sous le patronage de la Première dame, Mme Kéita Aminata Maïga, le lancement des travaux de cet atelier s’est déroulé au Conseil national du patronat du Mali (CNPM), en présence du ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, Mme Sangaré Oumou Ba, du conseiller Afrique  de la Présidence de la  France, Thomas Mileno, et du président du CNOSAF, Abdullah Coulibaly.

Le Mali accueillera en janvier 2017, le 27è sommet des chefs d’Etat et de gouvernements d’Afrique et de France. Une opportunité pour faire des propositions concrètes afin d’encourager la participation des femmes à l’émergence de l’Afrique. Cet atelier a pour objectifs de consolider la participation des femmes à l’émergence économique de l’Afrique, de réfléchir sur les outils pour une autonomisation socio-économique effective des femmes, de renforcer les capacités managériales des femmes entrepreneures dans le domaine de l’agrobusiness et d’apporter une contribution des femmes aux thématiques du sommet.

L’atelier vise également, selon Abdullah Coulibaly, à associer les femmes à la recherche des solutions appropriées à leurs problèmes spécifiques. En effet, à l’image des femmes du continent, la femme malienne entreprend dans les filières liées à l’agriculture, elle s’adonne à la conservation, la transformation des produits agricoles ainsi qu’à la confection des produits artisanaux. Cependant, l’activité entrepreneuriale au féminin, selon la Première dame, Mme Kéita Aminata Maïga, reste caractérisée par la prédominance de l’informel souvent non créateur d’emplois, moins rentable et peu résistant aux conjonctures économiques.

Ce forum, dira t-elle, mettra en relief l’ensemble des outils nécessaires dont il faut doter la femme africaine entrepreneure dans l’agrobusiness afin de lui permettre de développer son potentiel dans l’économie de son pays. Au cours de cet atelier, plus d’une cinquantaine de participants vont discuter de l’entreprenariat féminin dans le domaine de l’agrobusiness et du développement de l’agrobusiness, surtout en faveur des femmes qui constituent 70 % de la force de travail agricole et génèrent jusqu’à 60 % de la production des denrées alimentaires du continent.


Copyright Anne-Marie KEITA – L’essor

logo-1-ff-blanc

Octobre 2016