Côte d’Ivoire : les femmes en avant pour l’entrepreneuriat

Exposées à la tyrannie des hommes huppés, les femmes de Côte d’Ivoire veulent faire de l’entrepreneuriat leur affaire propre au nom d’une autonomie financière. Ne voulant plus être d’éternelles assistées, elles sont à leur deuxième journée de l’entrepreneuriat féminin.


Côte d’Ivoire: quel entrepreneuriat pour les femmes? 

massogbe-toure-une

Le jeudi 06 octobre 2016, les femmes de Côte d’Ivoire réunies au sein de la Commission Développement de l’Entrepreneuriat Féminin (CDEF) de la Confédération générale des entreprises de Côte d’Ivoire (CGECI, le patronat ivoirien), dirigée par Mme Massogbè Touré, ont tenu une édition (la deuxième du genre) sur le thème, ‘’ Le leadership de la femme entrepreneure ‘’.

Bien de femmes aujourd’hui n’ont plus confiance en elle, encore moins en leurs capacités intrinsèques. Désorientées et désemparées, elles ne savent que faire de leur présent et n’arrivent plus à se projeter objectivement dans le futur. C’est pour alors orienter et aider ces dernières que ces Journées sur l’entrepreneuriat ont été organisées. Elles visent à comptabiliser le potentiel des femmes au niveau de la performance pour le développement en vue de le reverser pour leur compte, dans leurs activités quotidiennes: ‘’ Ces journées constituent pour nous, une plateforme d’échanges pour parler de nos problèmes au quotidien. Chères sœurs osons et sortons de l’informel pour aller vers le formel (…) « , a lancé la présidente Massogbè Touré.

Il y a toutefois des femmes qui ne se laissent pas faire tant elles se battent comme (et parfois plus que) des hommes. Les statistiques avancées font état de ce que de ‘’janvier à mai 2013, sur 800 entreprises créées, 133 appartiennent aux femmes’’, la preuve que ‘’les femmes prennent de plus en plus des initiatives’’, précisait une étude du Centre de Promotion des Investissements en Côte d’Ivoire (CEPICI), selon toujours Mme Touré.

De quoi à encourager nos filles, nos jeunes sœurs, nos épouses et nos mères à bien observer leurs doigts et leur cerveau pour y mettre désormais moins de vernis et penser entrepreneuriat plutôt que les amourettes de feu de paille…


Copyright Afrique sur 7

logo-1-ff-blanc